Politwoops le site qui liste les tweets effacés des politiciens, a confirmé lundi, la décision de #Twitter. Ce dernier veut mettre un terme aux actions de repêchages de tweets, provenant des politiciens, sur le site de listage. Une décision qui intervient aux #Etats-Unis, 3 mois après la fin des opérations de Politwoops.

Une interface de programmation mise en suspension par Twitter, après qu'il en informa, vendredi soir, la fondation Open State. Cette dernière lançait, en 2010, Politwoops aux #Pays-Bas, qui permettait de retrouver des #tweets Politiques supprimés.

Une ouverture est restée autorisée à divers sites #Politwoops, cependant seuls les tweets antérieurs, au jour de mise en demeure, étaient consultables.

Publicité
Publicité

Une #suspension qui a touché d'autres listeurs tel que Diplotwoops, qui a démarré en 2014, en autorisant la consultation de tweets #supprimés volontairement par les diplomates.

Cette décision prise par Twitter, prend en compte selon #Open State, le caractère définitif des messages #effacés. Twitter a déclaré : "Comprenez qu'il serait frustrant, voir déconcertant, si tweeter devenait quelque chose d'irrémédiable". 

Politwoops réparti depuis 2010 dans environ 30 pays, en passant par l'Egypte et le Vatican, ainsi que paradoxalement au parlement européen. Vu comme un outils pratique pour les journalistes, il représente cependant un objet embarrassant pour les politiciens. #Twitter a confirmé à Open State ne pas faire de  différenciation  entre chacun des utilisateurs. Selon lui effacer un tweet reste le propre choix de l'utilisateur, ainsi nul autre utilisateur n'a le mérite à plus de fonctionnalités. 

Parfois certaines solutions, ou applications violent, dans ces circonstances, notre politique, précisait Twitter, à l'AFP dans un mail.

Publicité

Le réseau social précise, à propos de ses accès, le retrait de "certains services récents identifiés".

Arjan El Fassed Directeur d'Open State, a répondu que les énonciations des #politiciens relèvent d'un intérêt public. Il ajoute que même à l'instant où le tweet est supprimé, il est toujours question de 'l'histoire parlementaire'. Ce dernier porte l'attention sur le fait, qu'il n'est pas question de fautes de rédaction, mais plutôt d'une vision révélatrice sur la façon dont les infos des politiciens peuvent varier et que cela passe inaperçu.

Le site Politwoops a été suspendu par Twitter, en fin mai. Celui-ci avait débuté par la fondation Sunlight, en 2012, qui militait pour la transparence politique.  #Internet