Le 21ème siècle est plus que jamais celui des Technologies de l'Information et de la Télécommunication. Pays développés, pays émergeants, ou pays pauvres très endettés… tous dans la même barque ou presque ! Aucune administration publique ou entreprise du secteur privé n'y échappe : tout s'informatise, se numérise, se codifie et se stocke dans de grandes banques de données qu'on dit super sécurisées, vu la valeur importante des données à gérer selon les besoins du moment.

 

La compétition fait rage, surtout dans le monde des affaires où tous les coups (ou presque) sont permis. Secrets de fabrication, brevets, formules, plans, stratégies commerciales, veille concurrentielle, schéma, dossiers secrets etc… tout est cible des hackers, ces pirates informatiques, génies dans leur secteur de prédilection, qu'aucun système informatique même dit hyper sécurisé n'effraie ! Nombre d'entre eux monnaient leurs services à tous acheteurs de données stratégiques les intéressant dans le cadre de leurs activités, pour mieux contrer la concurrence entre entreprises du même secteur, quand ce ne sont pas des données personnelles comme les identités, les références bancaires et de cartes de crédit, stockées dans des serveurs qui sont piratés ! Sans compter les attaques de bases de données de services d'état et d'espionnage, qui voient leurs données ultra-secrètes déversées en public dans la presse écrite, télévisée, audio et #Internet.

Publicité
Publicité

  

Comment comprendre alors que certaines grosses entreprises, avec des milliards de Dollars de chiffres d'affaires et de bénéfices, subissent des attaques de cybercriminels comme si elles n'avaient pas les moyens financiers, technologiques, techniques et en ressources humaines pour sécuriser leurs systèmes informatiques, afin de ne pas être à la merci des hackers ? Idem pour les administrations des puissants états qui dominent le monde, avec leurs impressionnantes surfaces financières et les meilleures ressources humaines sorties de prestigieuses écoles.

  

La réponse est dans cette phrase qui semble bien être le symbole fort des hackers : "un système informatique, qui dit être sécurisé à 99% n'est, en réalité, pas sécurisé". Ce qui veut dire : la moindre faille dans votre système de sécurité informatique, peut être une porte d'entrée aux cybercriminels ! Alors quand on sait qu'aucun système de sécurité informatique n'est fiable à 100%...

Publicité

on pourrait bien dire que les cybercriminels, dans ce domaine précis, ont de beaux jours devant eux !

 

Ce casse-tête persiste tellement de par le monde entier, et il est devenu un enjeu de taille à tel point qu'on l'appelle désormais "Intelligence Economique". Des émissions y sont même consacrées sur certaines chaines de télévisions internationales, pour faire comprendre aux téléspectateurs et acteurs du domaine comment ça fonctionne. Avec les gros scandales de Wikileaks et l'attaque des studios de Hollywood par la Corée du Nord, on a bien compris la gravité du problème, sa teneur, sa profondeur et sa valeur stratégique. Et si on y ajoute le piratage du compte Facebook du plus puissant président au monde Barack Obama il y a quelques années, le compte est fait !

  

On trouvera logiquement une opportunité d'#Emploi pour les étudiants en informatique ayant choisi l'option Cybersécurité ou sécurité informatique. La demande, bien que forte, exige beaucoup de connaissances dans ce domaine, et aussi des compétences pointues, mais également le génie au-dessus de la moyenne pour contrer ces experts en cybercriminalité appelés Hackers Black Hats.

Publicité

 

Cybercriminalité en Algérie : un phénomène qui prend de l'ampleur

Les USA projettent d'employer des moyens dissuasifs pour contrer la cybercriminalité

  #3D