Mission Mars One : un aller sans retour vers la planète Mars, dans un contexte de télé réalité, pour assister aux premiers pas des colons de la planète rouge. Ce projet qui prévoit d'expédier des humains en 2025, à destination de Mars, avec pour but de coloniser cette planète, se poursuit par une sélection minutieuse de ses postulants. Des appels à candidature ont recensé, au final, cent candidats dont un français, pour réaliser ce voyage hors du commun. Une sélection mixte de cinquante femmes et hommes.

 

Un projet largement médiatisé (The Guardian, Daily Mail), mais qui a trouvé quelques réticences de la part de ses collaborateurs tel que : Endemol, qui prévoyait de relater cette aventure au moyen d'une télé réalité, mais qui finalement a désisté sa participation, sur quelque désaccord, probablement financier.

Publicité
Publicité

D'autres à l'instar de Gerard't Hooft, physicien Néerlandais et prix Nobel de physique, évoque sa réticence, en jugeant le projet irréaliste face au planning présenté.

 

Une société Néerlandaise à l'origine du projet

Le concepteur de Mars One : Bas Lansdorp, soutenu d'Arno Wielders, deux ingénieurs néerlandais. Selon le créateur du projet, la participation d'Endemol, un groupe de production télévisuelle, permettrait de financer cette aventure unique à hauteur de 6 milliards de dollars. Le projet de télé réalité accorderait ainsi des droits à la retransmission du voyage vers Mars.

Un programme de sélection dirigé par Norbert Kraft choisira 4 volontaires, une équipe mixte de deux hommes, deux femmes, dont les origines seront de pays différents. Les conditions au voyage : savoir dialoguer en anglais, être résistant, curieux, empathique et créatif.

Publicité

24 volontaires sélectionnés, répartis en 6 groupes. Pendant une période de 7 mois, les astronautes voyageront en équipe de 4, vers la planète rouge, filmés en permanence. Le but de cette mission étant d'établir la première colonie Martienne, en référence au créateur de Mars One, Bas Lansdorp. La société Néerlandaise mentionne avoir déjà réceptionné 10 000 mails provenant de cent pays différents. Le positionnement des candidats se fait par la réalisation d'une brève vidéo, qui décrit leur motivation.

 

De nombreuses candidatures

Mars One a programmé l'expédition de 24 volontaires (6 groupes de quatre individus), avec des départs dès 2024, par intervalle de deux ans.

Pendant 5 mois, ont été proposées 202.586 candidatures provenant de 140 pays : #Etats-Unis (24%), Inde (10%), Chine (6%), Brésil (5%), Grande Bretagne (4%) etc..

Parmi les cent dernières candidatures sélectionnées par Mars One, un Français âgé de 37 ans. Cent candidats se répartissent la parité homme-femme (50/50). Le médecin Bordelais de 37ans, Jérémy Saget, exprime un immense plaisir à réaliser un rêve qui demandera encore, selon lui, un travail considérable, en référence à une publication de Sud-Ouest.

Publicité

Restent les prochains niveaux de sélection, centrés sur la sociabilité des candidats dans une équipe. Une approche qui déterminera les aptitudes individuelles de chacun, par rapport à celles requises en groupe. L'objectif : atteindre un quota de 6 groupes de quatre astronautes, pour entreprendre ce voyage sans retour, d'une durée d'un an.

 

Atterrissage sur Mars

Les astronautes seront contraints de vivre dans des habitats restreints, Outpost Alpha, qui seront les futures résidences coloniales sur Mars, avec une température moyenne qui atteindra -63°C. Un environnement qui leur imposera de produire eux-mêmes leur nourriture, leur oxygène et leur besoin en eau.

 

Un projet en concurrence

La planète Mars, très convoitée, devient un terrain concurrentiel avec Journey to Mars (NASA). Deux projets dont l'échéancier coïncide et qui ont un objectif identique : atteindre la planète Mars pour la coloniser, aux alentours de 2030. Pour ces deux projets, les années 2016-2017 clôtureront une phase importante de recrutement. Notamment les 24 prétendants à la vie martienne de Mars One, après plusieurs années de sélection drastique des candidats.

  #biologie