Après le jeu de combat Pokken Tournament, #Pokémon Go est la nouvelle application mobile lancée par Nintendo. Pas encore sortie en Europe (mais cela ne serait tarder), elle possède déjà des millions de fans à travers le monde. Son principe est simple : en utilisant la technologie de la réalité augmentée et de la géolocalisation, vous attrapez des Pokémons dans notre monde réel, à l’aide de votre #Smartphone. Jackpot pour Nintendo qui voit son cours en bourse augmenter de plus de 20 % en un temps record. Pourtant, ce jeu d’un genre nouveau défraye déjà la chronique faits divers. Récit de quatre situations qui ont dégénéré.

Découverte macabre en plein océan

Il est possible d’attraper ces célèbres petits monstres partout.

Publicité
Publicité

Deux jeunes filles ont même loué un kayak afin de se rendre en pleine mer pour atteindre une arène Pokémon. Avouons-le : cette aventure est amusante. Pourtant, une autre histoire l’est beaucoup moins. Une autre jeune fille de 19 ans qui avait décidé d’attraper un Pokémon en mer a fait une découverte sordide. En effet, en se rapprochant de son objectif, elle est tombée sur le cadavre d’un homme qui flottait à la surface.

Des lieux inappropriés pour attraper des Pokémons

Une fonctionnalité du jeu permet de transformer des lieux réels en "Poké Stop" et ainsi, permettre à tous les joueurs d’attraper plus facilement des Pokémons. Un commissariat australien en a fait les frais en voyant de nombreux joueurs pénétrer dans ses locaux. Les policiers ont réagi avec humour en précisant sur leur page Facebook : "A tous les dresseurs Pokémon en herbe utilisant Pokémon Go : bien que le commissariat de police de Darwin abrite un Poké Stop, sachez que vous n’avez en fait pas besoin d’y entrer pour acquérir des Poké Balls".

Autre lieu qui a fait les frais de ce nouveau phénomène : le musée de l’Holocauste de Washington.

Publicité

Le directeur n’a pas réellement apprécié cela et explique au Washington Post : "jouer à ce jeu n’est pas approprié dans le musée, qui est un mémorial pour les victimes du nazisme".

Un drame évité de justesse

Un Youtubeur américain et un ami ont aussi vécu une histoire qui a failli mal finir. À la recherche d’un Pokémon de type terre, ils se sont aventurés en pleine forêt et ont atterrit dans une propriété privée. Le propriétaire n’a pas du tout apprécié cette intrusion et a ouvert le feu sur les deux joueurs de Pokémon Go. Heureusement, personne n’a été blessé.

Des braqueurs d’un nouveau genre

Dernier fait divers plus inquiétant : une bande de jeunes d’une ville du Missouri se sont servis du jeu pour trouver une localisation reculée (un souterrain ou un parking) et attendre patiemment que des joueurs arrivent pour les braquer avec une arme à feu. 9 personnes ont ainsi été piégées par cette nouvelle Team Rocket avant que la police n’intervienne. 

Avec le grand succès de ce nouveau jeu, nous pouvons prévoir encore d’autres récits de personnes qui, les yeux rivés sur leurs écrans, ne voient pas les dangers du quotidien.

Publicité

Tel cet homme qui chuta d’une falaise en essayant d’attraper un petit monstre. Tout comme les allégations de ce pasteur qui rend les Pokémon responsables d'homosexualité chez les jeunes : faut-il en rire ou s'inquiéter ?

 

Dans tous les cas, parents, attention à vos enfants. Ne les laissez pas jouer seul.

 

  #Jeux vidéo