#Jrump, contraction entre Jump, (« sauter » en anglais) et Trump est un jeu mobile sorti le 17 Septembre. Le principe est simple et très amusant. En 2017, après l’élection de #Donald Trump à la présidentielle américaine de 2016 et après qu’il ait détruit la terre, vous devrez l’aider à atteindre l'espace pour qu'il rende sa grandeur à la galaxie… Et pour l’atteindre, le Donald Trump de ce jeu vidéo devra sauter sur des murs que vous aurez vous-même pris le soin de créer de bout du doigt. 

 

Critique potache de Donald Trump

Vous l’aurez compris, le jeu Jrump est bourré d’humour. Les références aux grands thèmes de la campagne du candidat sont légions.

Publicité
Publicité

Dès l’introduction, le personnage explique que pour l’aider à atteindre la galaxie, il sautera sur  ses "choses préférées au monde : les murs". Référence évidente à l’un de projets les plus critiqués du candidat républicain : la construction d’un mur entre le Mexique et les Etats-Unis pour stopper l’immigration. A chaque partie perdue, le joueur entendra des réprimandes inspirées des expressions de la campagne de Donald Trump, comme le fameux "loser". De même, la faible rigueur scientifique du candidat est critiquée. Au départ du jeu, des personnages représentant des scientifiques en blouse seront là pour l’empêcher d’atteindre son but. 

 

Les autres candidats eux aussi sont présents 

A partir d’une certaine altitude, les personnages des adversaires politique de Donald Trump feront même leur apparition pour l’empêcher de continuer son ascension. Vous retrouverez donc un Barack Obama muni d’un jet-pack qui tentera de faire chuter le personnage du candidat républicain. Bien évidemment la principale adversaire de Donald Trump, Hilary Clinton sera présente pour mettre des bâtons dans les roues du personnage. Le jeu, que l’on doit aux studios Oddboy & Apparcanum Limited est disponible sur iOS et Android.

Publicité

L’éditeur précise d’ailleurs que ce jeu n’est "qu’à but humoristique et satirique et qu’il ne doit pas être pris sérieusement". Un peu d’humour ne peut pas faire de mal dans cette campagne présidentielle américaine très dure. #Etats-Unis