Les images ont été prises le 27 Août, une fois que la sonde a effectué 36 révolutions autour de la plus grande planète de notre Système Solaire, presque deux mois après son arrivée en orbite autour de celle-ci. On a pu obtenir des images permettant de voir un aperçu du pôle Nord de #Jupiter, des mouvements en lueurs ardentes de ses nuages ainsi que des enregistrements sonores de ses aurores polaires. Un premier aperçu des pôles de la géante gazeuse avait été capturé en 1974 par Pioneer 11, une sonde qui avait pour but de photographier la planète en la survolant, avant de rejoindre Saturne. Le 30 Décembre 2000, une vue oblique de la région polaire de Jupiter avait été délivrée par la sonde spatiale Cassini qui était aussi en route vers Saturne.

Publicité
Publicité

Toutefois, les images de #Juno sont les plus précises et offrent une vue incomparable de Jupiter. La sonde spatiale est programmée pour faire 36 révolutions supplémentaires autour de la planète dans l’espoir de dévoiler d’autres de ses mystères. Voici un enregistrement des signaux radio provenant des aurores :

Le pôle Nord de Jupiter, incomparable à tout ce qui a pu être vu auparavant dans le Système Solaire

Scott Bolton, principal chercheur travaillant sur la mission Juno au Southwest Research Institute à San Antonio au Texas, a raconté que ses collègues scientifiques ainsi que lui-même ont été frappés de stupeur à la vue de ces nouvelles images. "Les premiers clichés du pôle nord de Jupiter nous paraissent être complètement différents de ce que nous avons vu ou imaginé auparavant", a-t-il expliqué, précisant que "les couleurs sont plus bleues que dans les autres parties de la planète et il y a de nombreuses tempêtes et aucun signe des bandes de différentes couleurs que nous avons l'habitude de voir autour de Jupiter".

Publicité

D’après lui, "il est très difficile de reconnaître Jupiter dans ces clichés". Les images montrent une atmosphère chaotique formée de systèmes de tempêtes et d'une activité météorologique différents de tout ce que l’on a pu voir dans le passé sur les planètes géantes gazeuses de notre système. "Nous avons surtout été surpris de voir pour la première fois des aurores boréales au pôle sud jovien", précise le scientifique Alberto Adriani.

Juno, une sonde spatiale pas comme les autres

Juno est la première sonde à être équipée d’instruments capables d'analyser l’intérieur profond de la géante gazeuse afin de pouvoir déterminer si elle recèle un noyau solide, découvrir où et comment est généré son champ magnétique ainsi que cartographier la structure de son atmosphère. La sonde, fonctionnant à l’énergie solaire, a été lancée le 5 Août 2011 et est entrée en orbite elliptique autour des pôles de Jupiter le 5 Juillet de cette année.

Publicité

C’est la première sonde spatiale à porter une voûte en titane conçue pour protéger son appareillage électrique des radiations. Lorsque sa mission sera complète, en 2018, il est prévu qu’elle s’effondre délibérément dans l’atmosphère de Jupiter et se désintègre. Cette fin est planifiée de sorte à ce que Juno n’entre pas en collision avec l’une des lunes de Jupiter. Contrairement aux planètes comme la Terre ou Mars qui sont telluriques (formées de roches et de métal), Jupiter est une planète géante gazeuse qui s’est très probablement formée en premier dans notre système, peu de temps après le Soleil. Elle est plus massive et plus volumineuse que toutes les autres planètes du Système Solaire réunies et son étude pourrait permettre d’approfondir notre compréhension sur la formation de la Terre ainsi que du reste des planètes. #NASA