Hier, a eu lieu une conférence de la société d'#Elon Musk Space X à propos de son plan pour aller coloniser la planète #Mars. Mais quelles sont ses fameuses ambitions pour parvenir à la quatrième planète du système solaire et comment va-t-on procéder ? Les réponses sont dans cet article jeunes futurs Martiens.

 

Space X : Aller sur Mars? Oui mais quand? Et à quel prix?

C'est donc durant le 6ème Congrès international d'astronautique que le très ambitieux PDG de #Space X mais aussi de Tesla Motors ou Paypal et d'autres, Elon Musk s'est exprimé sur sa volonté de partir à la conquête ou plutôt la colonisation de la planète rouge.

Publicité
Publicité

Tout d'abord, il a dit qu'il voulait envoyer, dès 2018, des vaisseaux de test (non habités) afin de débuter, dès 2024, l'envoi de navettes habitées comptant 100 personnes par vol vers Mars pour démarrer la colonisation de Mars. Chaque navette sera équipée de cabines, d'un restaurant, d'activités adaptées à la gravité ainsi que de films afin que le voyage ne soit pas trop ennuyeux pour les passagers. Le second but est de parvenir à démocratiser le voyage spatial vers Mars puisque, pour le moment, une personne voulant s'y rendre doit débourser la coquette somme de 10 milliards de dollars US alors qu'Elon veut descendre ce tarif à 100 000 dollars US par personne. Ce à quoi il devra tenir si il veut réaliser son projet de colonie martienne comptant un million d'habitants d'ici 40 à 100 ans.

 

Space X : Projet démesuré ou risqué ?

Elon Musk a précisé qu'il était conscient que les voyages de Space X seront relativement risqués mais aussi que le but de ses missions n'est pas de prendre de douces vacances mais d'y aller pour oeuvrer à créer la colonie sur Mars sans compter que le retour n'est pas compris dans le prix (on parle juste d'un aller simple) mais aussi qu'il faudra être prêt à mourir en voyageant suite à tous les risques auxquels les colons seraient exposés.

Publicité

Il en a profité pour dévoiler les plans de la fusée, plus imposante que Saturn V, dotée de 42 moteurs avec un module mesurant 50 mètres de long pour un diamètre de 17 mètres. Niveau carburant, Elon espère que la fusée sera capable de le produire, une fois sur Mars, en récupérant le CO2 et l'eau sous forme de glace présents dans l'atmosphère de la planète rouge. J'espère que la société parviendra à réaliser son projet et arrivera à s'imposer comme la référence mais quand on voit tout le chemin qui lui reste à parcourir, on se dit que le projet est, pour l'instant, très démesuré.