The Camp est un projet qui hisse Aix-en-Provence au sommet des villes qui font des nouvelles technologies une priorité économique, mais également sociale et environnementale. Une initiative de Frédéric Chevalier, un entrepreneur Aixois reconnu pour avoir créé en 1990 le groupe de communication HighCo, implanté aujourd’hui dans une quinzaine de pays.

 

The Camp, c’est quoi ? 

Situé à Aix-en-provence sur 7 hectares de nature, The Camp c’est 12000 m2 de bâtiments, à 5 minutes de la gare TGV. Une architecture confiée à Corinne Vezzoni et une sortie prévue à l’automne 2017. La mission est de bâtir un campus international d’#Innovation #numérique orienté vers la ville de demain.

Publicité
Publicité

Un véritable tiers-lieu qui accueillera régulièrement environ 300 porteurs de projets innovants dans le domaine des nouvelles technologies, pour un laps de temps assez court, allant de trois mois à un an. « En gros, on les enferme ici et ils ne ressortent pas jusqu’à ce qu’ils aient lancé leur start-up », plaisante Corinne Vezzoni. L’objectif est donc de booster la créativité, d’appuyer la recherche autour d’innovations, de permettre le développement et l’expérimentation de solutions qui rendront la ville du futur plus durable, équitable et humaine.

250 hébergements et deux espaces de restauration seront mis à disposition. Une inspiration des campus à l’Américaine qui permettra de créer environ 150 emplois dans le management, l’administration, l’animation du lieu, les services d’exploitation et la formation.

Publicité

Un lieu transdisciplinaire et transgénérationel.

 

The camp prône la création et l’innovation par les interactions entre des profils de population et d’expériences différentes : étudiants, ingénieurs, codeurs, médecins, diplômés d’écoles de commerce… Ou encore cadres d’entreprise, entrepreneurs et experts de rang mondial ; tous seront invités à partager et à combiner leurs compétences dans un but commun.

Un véritable laboratoire d’innovation qui tend à démontrer que des acteurs d’horizons différents peuvent collaborer ensemble, et en l’occurence ici, autour de technologies numériques pour concourir à la création de villes intelligentes. En créant par exemple des réseaux d’informations assurant une meilleure gestion de la ville. 

 

Et côté architecture ? 

L’accent est porté sur la transparence et l’ouverture. Corinne Vezzoni explique : « On est parti de l’idée de créer des petits volumes circulaires, lieux d’enseignement ou de travail, espacés les uns des autres et protégés par un toit commun constitué par une toile tendue. Cette architecture permet de respecter un maximum le relief du site et de ne pas construire un grand bâtiment, d’un seul bloc qui nous aurait obligé à tout minéraliser. Les lieux de convivialité et de rencontre sont partout à l’extérieur de ces salles circulaires. On reste ainsi en harmonie avec la nature ».

Publicité

Les réunions pourront se dérouler aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur et certains événements seront ouverts au public. Un espace VIP avec héliport est prévu pour recevoir de grands chefs d’entreprises, susceptibles de venir partager leur expérience avec les étudiants.

Budget total de ce projet : entre 18 et 20 millions d’euros, avec parmi les contributeurs financiers MicrosoftAirbus Helicopter et Google