L’univers n’a pas fini de nous livrer tous ses secrets. Si depuis longtemps, on connaît l’existence de plusieurs milliers d’exoplanètes, telle que Kepler-452b, la récente révélation de l’ESO (Observatoire Européen Austral), qui affirme que #Proxima B est bel et bien une exoplanète, s’avère être une bonne surprise. En effet, en se trouvant dans le système solaire le plus proche du nôtre, Proxima B est donc notre voisine directe et l’espoir d’y trouver des traces de vie y est grand. Pour comprendre pourquoi cette découverte est un événement exceptionnel, nous allons tenter de répondre à plusieurs interrogations.

Qu’est-ce qu’une exoplanète ?

Pour avoir l’honneur de faire partie du club des « exoplanètes », il faut qu’un objet céleste réunisse plusieurs critères.

Publicité
Publicité

Le plus important pour les scientifiques est de savoir si une planète se trouve dans la zone dite « habitable » de son étoile. C’est-à-dire qu’elle doit orbiter ni trop près ni trop loin pour que sa température moyenne soit semblable à celle de la Terre. Des calculs savants permettent de déterminer cette caractéristique grâce à la masse de la planète et grâce à l’âge de son étoile. Proxima B a donc passé ce premier examen avec succès. Tout semble indiquer qu’il s’agit d’une planète rocheuse, mais dont la composition exacte de son atmosphère n’a pas pu être établie pour l’instant.

Pourquoi Proxima B est une découverte hors du commun ?

Le plus grand rêve des astronomes est de trouver quelque part dans l’univers une trace de vie extra-terrestre. Après l’étude de Mars, puis de notre propre système solaire, les spécialistes ont trouvé le moyen de voir plus loin grâce à des télescopes très puissants qui fonctionnent à rayons électromagnétiques.

Publicité

Environ 4 années lumière nous séparent de Proxima B ; en d’autres termes, un #Voyage long de 80 000 ans serait nécessaire pour s’y rendre avec nos technologies actuelles.

Proxima B : Quelles perspectives pour le futur ?

Les objectifs à court terme sont évidemment de rechercher plus de données sur la nature de Proxima B, notamment sur la composition de son atmosphère et sur la présence ou non de traces d’eau. Malheureusement, rien ne vaut des observations directes pour confirmer ces hypothèses, mais l’envoi d’une sonde prendrait beaucoup trop de temps pour atteindre la planète. A plus long terme et avec l’espoir que la science progresse, les futures générations verront probablement l’avènement du voyage interstellaire. En attendant, les agences spatiales mondiales (ESA, #NASA, etc) axent leur priorité sur une excursion martienne, qui pourrait être opérationnelle dans les prochaines dizaines d’années.

La minute science :

Le cycle de vie d’une étoile prévoit qu’après sa période ardente, ses réserves de carburant (l’hydrogène) s’épuisent et la transforment en géante rouge.

Publicité

Proxima B, elle, a pris sa retraite stellaire et est justement une géante rouge. Notre soleil prendra cette forme d’ici 5 milliards d’années, il sera 100 fois plus gros que sa taille actuelle. Cela mènera à la disparition de Mercure, de Vénus et sans doute de la Terre. Si les humains survivent jusque là, il faudra alors considérer une vraie option de déplacement de notre espèce sur une autre planète.