Et si la vie existait ailleurs ? Et si nous pouvions l’implanter sur d’autres planètes ? C’est ce qu’a proposé Claudius Gros. D’autres formes de vie existent, nous ne sommes pas les seuls êtres intelligents vivants de l’univers. On le sait, sans pour autant le prouver. Claudius Gros, un chercheur allemand, a alors eu une idée assez insolite : implanter la vie sur d’autres planètes. Comment est-ce possible? Il suffirait d’accélérer artificiellement le développement de la vie sur les exoplanètes habitables. Mais qu’est-ce réellement une #exoplanète? C’est une planète extrasolaire, en orbite autour d'une autre étoile que le Soleil. M. Gros croit donc pouvoir faire naître la vie sur des planètes où elle ne s’est pas encore développée. Ce chercheur allemand, âgé d’une cinquantaine d’années, a étudié la physique en Suisse puis décroché un doctorat en physique théorique de la matière condensée et une chaire dans l’université Johann Wolfgang Goethe, où il enseigne encore.

Publicité
Publicité

M. Gros est passionné par de multiples disciplines, comme la planétologie, l’astrophysique et l’astrobiologie. Il a également publié plusieurs articles scientifiques maintes fois félicités. Un homme plutôt renseigné donc, qui n’aurait lancé cette idée farfelue s’il ne la pensait possible et réalisable !

Des sondes robotiques pour créer la vie sur d’autres planètes

D’après ce chercheur connu du monde scientifique, notre espèce ne peut simplement attendre que la vie se forme d’elle-même sur les planètes habitables mais doit aider le destin, en participant au développement de la vie sur celles-ci. Pour mener à bien une telle mission, il faudrait développer des sondes robotiques munies de capteurs capables de déterminer si la vie existe sur les planètes en question. Dans le cas contraire, les sondes libéreraient des microbes terrestres dans leur atmosphère, afin de les ensemencer.

Quels organismes implantés ? Ces sondes seraient équipées d’un laboratoire capable de synthétiser des organismes multicellulaires semblables aux premiers apparus sur notre planète.

Publicité

En 1909, l’existence de cet événement a été démontré. Des fossiles datant de cette époque ont été découverts dans les schistes de Burgress au Canada. Cette sonde resterait ensuite en orbite autour de la planète et continuerait de semer des capsules habitées par des microbes afin d’accélérer le développement de la vie.

L’humanité doit-elle aider le destin ?

"Nous sommes sûrs que nous allons bientôt découvrir un grand nombre d'exoplanètes qui sont habitables par la nature, mais où la vie ne peut exister tout le temps", a indiqué M. Gros dans la revue Astrophysics and Space #Science. Il donne pour exemple un astre récemment découvert Proxima Centauri b, considéré comme l’endroit le plus proche en dehors du Système solaire adapté à la vie. Pour lui, l’ensemencement cosmique permettrait à l'humanité de lancer l'évolution de la vie dans toute la galaxie. Ces plateformes ainsi développées développeraient des colonies humaines autour d'autres étoiles habitées par des formes habituelles et familières de vie. Pourquoi ne peuvent-elles se développer toute seule ? Certains phénomènes réduisent la possibilité de l’émergence de la vie, comme l'instabilité de l’orbite et le manque de mouvement des plaques tectoniques.

Publicité

Ce fut le cas de Vénus, où les conditions étaient pourtant regroupées pour faire apparaitre la vie. Certaines planètes ont tout de même réussi cet exploit. Cependant, des éruptions sur leur étoile ou des explosions de supernovæ à proximité les ont détruites. Selon M. Gros, cette technique permettrait ainsi de protéger l’humanité des microbes pouvant détruire la vie naissante et provoquer un génocide à l'échelle planétaire.

Un projet très ambitieux, peut-être un peu trop pour certains, mais une proposition qui a fait germer de nombreuses idées farfelues comme le fait que la Terre ait pu être ensemencée par des #extra-terrestres. Une théorie qui a été évoquée dans le film Prometheus de Ridley Scott.