Décollage réussi ! A 21h20, heure française, le lanceur Soyouz s'est élevé dans les airs, à partir de la base de lancement Baïkonour, située en Russie, sous une neige dense. Le dixième astronaute français, Thomas Pesquet, s'est mis en route vers la Station spatiale internationale (ISS), accompagné par ses coéquipiers, le commandant de bord russe Oleg Novitski et l'américaine Peggy Whitson.

A bord de la capsule Soyouz, qui s'est séparée de la fusée 9 minutes après le décollage, les trois astronautes vont voyager pendant 48 heures. Ils devront partager cet #Espace réduit jusqu'au samedi 19 novembre, 23 heures, estimation de leur arrivée à l'ISS.

Publicité
Publicité

Ils pourront alors s'arrimer à la Station spatiale internationale et commencer les nombreux travaux prévus pendant leur séjour spatial. Au programme pour l'astronaute français plus de 62 expériences scientifiques pour le compte de l'Agence spatiale européenne (ESA) et le Centre national d'études spatiales (CNES) pour la France. D'autres travaux sont également prévus en collaboration avec les agences spatiales américaines, japonaises et canadiennes. Un programme scientifique bien chargé ! Le français Thomas Pesquet, qui est en train de réaliser son rêve, dispose de 6 mois pour profiter des sensations intergalactiques et poursuivre l'exploration spatiale, par le biais de cette mission.

Un jeune astronaute dans l'espace

Pour Thomas Pesquet, ce voyage dans l'espace est l'aboutissement de nombreuses années de préparation et d'entrainement.

Publicité

Le jeune homme, âgé de 38 ans, est natif de Normandie, fils d'instituteurs. Après une prépa scientifique, il obtient son diplôme d'ingénieur aéronautique à 23 ans. Il commence alors une carrière de pilote de ligne pour Air France, tout en cultivant d'autres ambitions. Son rêve : devenir astronaute. En 2009, il est recruté par l'ESA, parmi 8 413 candidats, pour rejoindre le groupe d'astronautes européens.

Le plus jeune astronaute européen sélectionné pour une #Mission spatiale, n'est pas un surdoué, même s'il parle 6 langues dont le russe, et maîtrise la complexité des opérations scientifiques à mener. Dans le processus de sélection, son caractère sociable et sa facilité à communiquer ont représenté des points forts. Le français est également très sportif, pratiquant le judo, la natation, le basket et d'autres activités sportives. La condition physique est essentielle pour un astronaute, car l'apesanteur a un effet sur la musculature, qui est affaiblie. Ce sera d'ailleurs l'un des sujets de recherche que le français va étudier.

Publicité

Passionné, le français espère rejoindre une prochaine mission spatiale, aux alentours des années 2030, pour découvrir Mars.

Ce jeudi soir, dans le climat glacial de la Russie, il a salué ses proches et sa compagne avec émotion, avant de rejoindre le Soyouz. Entre deux expériences scientifiques et exercices physiques, Thomas Pesquet a décidé de laisser une place à la littérature, puisqu'il sera juré d'un concours d'écriture. Et l'explorateur spatial n'a pas oublié d'emmener les meilleurs récits de Jules Verne et de St Exupéry... Une dimension poétique pour une aventure unique, à 400 kilomètres de notre planète Terre ! #Mars