Qui n'a jamais rêvé de toucher les étoiles ? Moi, en tout cas. oui. Ce rêve, c'est l'astronaute #Thomas Pesquet qui l'a réalisé pour nous, à l'âge de 38 ans. Dans le cadre de la #Mission Proxima, l'astronaute français a été envoyé, avec deux coéquipiers japonais et russes, sur la station spatiale internationale. Thomas Pesquet est un astronaute français, qui, après une formation d'ingénieur aéronautique, a occupé différents postes dans l'industrie aérospatiale et à l'agence spatiale européenne, avant de devenir, en 2004, pilote de ligne. En 2009, il fait partie des six candidats retenus pour former le troisième groupe d'astronautes européens sélectionnés par l'agence spatiale.

Publicité

Le 17 novembre dernier, Pesquet a décollé à bord d'une fusée Soyouz tirée depuis Baïkonour au Kazakhstan. Il s'est amarré à la Station Spatiale internationale dans la nuit du 19 novembre après deux jours de manoeuvres orbitales, ce qui permettra à Pesquet d'entamer six mois de recherches commanditées par l'Agence Spatiale Européenne.

Publicité

Et pour la suite ?

L'expédition conduite par Thomas Pesquet l'amènera à effectuer plusieurs expériences : une expérience de dynamique des fluides, de surface intelligente permettant aux bactéries de ne pas se déposer, et le projet Exo-#ISS mené en collaboration avec des lycéens.

Publicité

La mission permettra notamment le test de nombreuses nouvelles technologies comme l'ECHO, appareil échographique utilisable à distance, un équipement permettant de mesurer la potabilité de l'eau; Everywear, un logiciel sur tablette qui permet de collecter facilement les données des capteurs biomédicaux portatifs connectés en Bluetooth qui mesurent quotidiennement les paramètres physiologiques des astronautes; MATISS, une surface intelligente visant à empêcher les bactéries de se poser et de proliférer, ainsi qu'un casque de réalité virtuelle destiné à mesurer l'incidence de l'impesanteur sur les fonctions cognitives.

Une chose est certaine, les six mois que passeront Thomas Pesquet en orbite autour de la terre permettront de faire avancer la recherche, et la mission sera suivie de près par le Centre National d'Etudes Spatiales.