L'entreprise américaine #Adobe, très connue pour ses logiciels comme Photoshop, Premiere Pro ou After Effects, vient de s'offrir la plate-forme #Tubemogul pour plusieurs millions de dollars. Concrètement, quel intérêt présente ce #Rachat ? La réponse dans cet article.

En effet, l'entreprise américaine éditant de nombreux logiciels a décidé de faire progresser son développement dans le marketing et la publicité digitale. On oublie souvent que ces deux domaines sont les autres spécialités d'Adobe d'où le rachat de la plate-forme Tubemogul pour la coquette somme de 540 millions de dollars. Une petite présentation de celle-ci s'impose avant de comprendre pourquoi cette action a permis au créateur de Photoshop d'envoyer un signal très important à la concurrence.

Publicité
Publicité

Tubemogul a donc été fondée en 2007 et est dédiée aux annonceurs et agences pour l'organisation de campagnes publicitaires sous format vidéo. Sans compter qu'elle offre la possibilité de superviser le processus qui se décompose de la façon suivante : planification, achat de l'espace publicitaire, mesure des performances et optimisation tout en permettant à l'annonceur de toucher tous les écrans connectés possibles pour diffuser sa campagne. Le vice-président exécutif d'Adobe, Brad Rencher, explique que cela va permettre à son entreprise de proposer une formule bien plus complète de la publicité vidéo à ses clients. Sans compter que ce rachat permet d'enrichir l'offre Adobe Marketing Cloud tandis que le marché de la publicité vidéo est en plein essor, et le cap des 10 milliards de dollars pourrait être bientôt explosé aux Etats-Unis.

Publicité

L'impact du rachat de Tubemogul par Adobe sur le marché

D'abord, il est bon de préciser que le rachat de Tubemogul par Adobe a permis de valoriser l'action de la plate-forme de publicité à 14 dollars l'unité pour un prix total de 540 millions de dollars. Il semblerait que l'affaire en cours entre les deux sociétés devrait être terminée d'ici la fin du premier trimestre de l'année 2017 et que cela risque de faire grabuge entre Adobe et eMarketer qui se partagent divers clients, comme l'Oréal ou Nickeledeon pour ne citer qu'eux.