Publicité
Publicité

Le 27 juillet, l'agence de presse Reuters a révélé la création d'une vingtaine de faux comptes #Facebook par la #Russie pendant la campagne présidentielle française dans le but de se rapprocher des proches d'Emmanuel Macron et de la campagne de la République #En Marche ! Cela a été confirmé par Facebook qui a été victime d'un piratage en novembre dernier. Le réseau social a trouvé plusieurs comptes qui ont ensuite été désactivés pour comportement suspect. Ces faux comptes auraient été créés par des agents du GRU, le service de renseignement militaire russe. En effet, les agences de renseignement américaines considèrent que ce sont des pirates proches du pouvoir russe qui sont coupables.

Publicité

Ces agents russes se sont faits passés pour des amis d'amis et ont essayé de pirater le mouvement d'Emmanuel Macron. Les espions sont parvenus à recueillir des données pour ensuite les exploiter afin de mener d'autres actions comme le phishing contre les messageries personnelles ou professionnelles des proches du président de la République. Ils voulaient obtenir des informations personnelles sur le candidat et ses proches mais ils n'ont pas réussi à obtenir les mots de passe et aucune de leurs cibles a installé de logiciels espions.

Le réseau social Facebook a repéré puis supprimé 30 000 comptes en avril, un nombre qui est ensuite passé à 70 000. L'unité du GRU qui est surnommée Fancy Bear est mise en cause après le piratage de la Commission nationale démocrate pendant la campagne présidentielle américaine de 2016. La Russie qui s'est beaucoup intéressée aux élections françaises a tout d'abord démenti avoir publié des milliers d'emails de 5 militants de différents niveaux hiérarchiques de la République en marche ! quelques jours avant le 1er tour.

Publicité

Néanmoins, Vladimir Poutine a reconnu le rôle des hackers russes dans la déstabilisation des élections présidentielles tout en niant l'implication de l'Etat. De plus, l'entreprise de sécurité Trend Micro avait informé qu'un groupe de hackers russes tentait de déstabiliser la campagne d'Emmanuel Macron.

La NSA avait déjà prévenu la France !

D'après Mike Rogers, le directeur de la NSA, la France était déjà au courant de l'ingérence russe avant la fuite des emails de la campagne de Macron étant donné que l'agence de renseignement américaine l'avait prévenu contre la Russie dès le mois de mai. Quelques heures avant le second tour de l'élection présidentielle, des données appartenant à des collaborateurs de la République en marche ! ont été dérobées puis publiées sur Internet. Ces mails avaient d'abord fuité sur le forum américain 4Chan puis ont ensuite été relayés par Wikileaks. La publication de ces mails avait été surnommée 'MacronLeaks'.