Bertand Cantat , le chanteur est à la une des Inrokuptibles cette semaine, une mise en avant déplacée pour certains et qui provoque de vives réactions notamment sur les réseaux sociaux, que ce soient celles de journalistes, de comédiens et d'anonymes.

Une affaire qui fait encore parler

Le juge qui a libéré Bertand Cantat le 15 octobre 2007, déclare qu'il faut le laissé tranquille et qu'il n'est en aucun cas un meurtrier.

Dix ans après sa sortie de #Prison, Bertrand Cantat reste pour beaucoup le symbole des violences faites aux femmes. c'est dans le journal Le Parisien que le juge Philippe Laflaquière s'est exprimé : " Est-il nécessaire de rappeler qu'il a été condamné à Vilnius pour coups mortels et non pour homicide ? Il est donc inexact de le présenter comme un meurtrier, ou pire comme un assassin." Des propos qui font polémiques aujourd'hui puisqu'en 2003, l'ancien leader du groupe Noir Désir avait été condamné à une peine de 8 ans d'emprisonnement pour avoir causé la mort de l'actrice Marie Trintignant en la frappant.

Publicité
Publicité

C'est au bout de trois ans de détention que Bertrand Cantat fut relâché. Depuis, chaque nouvelle apparition du chanteur suscite une très forte émotion.

Un droit à l'oubli oublié

"Depuis une certaine nuit de juillet 2003, je le crois plongé dans une culpabilité profonde, une souffrance inextinguible, une prison intérieure dont aucun juge ne pourra le libérer." Voici aujourd'hui les propos tenus par Monsieur Philippe Laflaquière au sujet de l'homme qu'il a choisi de libérer. Le magistrat regrette en outre la manière dont l'opinion publique a traitée le chanteur et estime que tout être humain à le droit à l'oubli, ce qui n'est pas le cas du chanteur.

Le juge défend son propos en argumentant sur le comportement irréprochable du chanteur lors de son emprisonnement. C'est notamment un des éléments qui avait amené Philippe Laflaquière à le libérer.

Publicité

"Son dossier remplissait tous les critères exigés par la loi : comportement irréprochable, psychothérapie, indemnisation complète des parties civiles, et bien sûr une activité professionnelle à la sortie. Il avait accompli la moitié réelle de la peine, seuil plus sévère que celui prévu par la loi. Prenant en compte les réductions de peine, j’aurais pu le libérer un an auparavant", précise-t-il. Bertrand Cantat voulait être traité comme tous les autres détenus. Il ne voulait en aucun cas que sa célébrité lui accorde quelques privilèges que ce soit. Cependant aujourd'hui, quatorze ans après les faits, il subit tous les jours le jugement critique de l'opinion publique. A chaque tentative de reconnexion avec ses fans il provoque de vives réactions.

C'est à l'occasion de la sortie de son premier album solo le 1er décembre 2017 que le chanteur est réapparu dans les médias. #bertrandcantat #Musique