Certainsdealers ne savent décidément plus comment s’y prendre pour livrer en temps eten heure leurs clients. Aujourd’hui, l’un d’eux se retrouve certainement bienembêté après son échec ! Cette semaine, un (ou plusieurs) narco-trafiquantvivant au Mexique a voulu tester le dernier petit bijou technologique à la mode :le drone. Si des entreprises telles que DHL ou Google comptent bien s’en servirpour livrer leurs clients, les trafiquants mexicains, eux aussi, veulents’initier.

Et ils n’ont pas perdu de temps.

Mardisoir, un drone – aéronef télécommandé ou autonome – a été retrouvé près d’uncentre commercial dans la ville de Tijuana, la plus grande de l’Etat mexicain. À ses ailes étaient attachés pas moins de 3 kilos de méthamphétamine. Unedrogue de synthèse connue pour être hautement addictive. Le drone était sur lepoint de franchir la frontière pour certainement atterrir dans les mains d’undestinataire sur le sol des Etats-Unis.

Cesont les employés du centre commercial de la ville qui l’ont aperçu survolant leparking, avant qu’il ne se crashe. Le qualifiant de « peu commun », ilsn’ont pas hésité à interpeller la police locale. Celle-ci s’est rendue surplace et a tout de suite déterminé que quelqu’un utilisait une télécommandepour piloter le drone. Tel un véritable jouet. Les 6 paquets dedrogue du drone n’arriveront jamais à destination.

Pour leplus grand malheur de son destinataire. Mais à l’heure actuelle, la policen’est toujours pas parvenue à mettre la main sur les personnes qui en sontresponsables.

Aussiinsolite que soit cette histoire, il semblerait qu’elle ne soit pourtant pas lapremière. En effet, depuis 2012, pas moins de 150 drones auraient été saisispar la police locale. Ils transportaient tous des produits illicites appartenant aux narco-trafiquants du pays.

Selon le porte-parole des autorités mexicaines, undrone aurait même été retrouvé au pied d’un mur d’une prison. Il était sur le pointde livrer des téléphones et de la drogue à un détenu. 

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite