« J'ai senti que cela m'aliénait »

C'est en mai dernier que le souverain pontife avait déclaré ne plus avoir allumé sa télévision depuis le 15 juillet 1990. Une déclaration qui a suscité l'intérêt des jeunes générations qui l'ont interpellé sur le sujet cette semaine lors d'un voyage officiel à Sarajevo.

Publicité
Publicité

Le pape François s'est expliqué sur ce choix à contre-courant d'une société visuelle, répondant que la télévision pouvait «porter atteinte à la vie communautaire, sociale, à la vie familiale».

Le pape a rapidement fait le lien avec les chaînes de télévision, responsables des contenus. De la pornographie à la consommation, il a mis en garde la jeunesse qui se trouvait en face de lui et plus tard les journalistes contre les programmes "vides de sens" et loin des valeurs chrétiennes.

Une vie de pape loin des écrans
Une vie de pape loin des écrans

« Esclave de l’ordinateur, tu perds ta liberté ! »

Interpellant sur l'aliénation de certains jeunes à leurs ordinateurs, le pape François a été plus virulent en conférence de presse. Comparant cette dépendance à une « maladie psychologique », il n'a pas hésité à parler de « programmes sales » et de dignité.

Reconnaissant Internet comme un progrès de l'humanité, le souverain pontife n'a pas dénoncé l'utilisation des écrans mais mis en garde contre les dérives qui éloigneraient la jeunesse du « droit chemin ».

Publicité

Allumer un écran, oui, mais « pour les belles choses » a-t-il suggéré.

Lire la suite