Décidément, ce jeudi 25 janvier n'aura pas été avare de polémiques sur Twitter. Dans le courant de la matinée, d'innombrables utilisateurs du réseau social à l'oiseau bleu découvraient avec incompréhension plusieurs vidéos d'émeutes survenues dans certains magasins de l'enseigne Intermarché pour une promotion de 70 % proposée sur les pots de Nutella [VIDEO]. Ils apprenaient ensuite avec indignation la disqualification de douze dromadaires d'un concours de beauté organisé en Arabie saoudite, pour injection de botox dans leurs lèvres notamment.

Mais ces internautes n'étaient pas au bout de leurs surprises puisque, quelques heures plus tard, leur stupeur fut grande de découvrir une vidéo d'un couple en plein ébat sexuel à bord d'un train de banlieue d'Île-de-France, à même l'une des plateformes au niveau des portes d'accès.

La scène, digne d'un film à caractère pornographique, a été divulguée par l'utilisatrice @_floridakilos_ dans un Tweet qu'elle a légendé du commentaire « Le RER ça a changé ». La publication a très rapidement comptabilisé un fort nombre de partages (jusqu'à près de 35.000) et de likes (20.000 environ) pour alors faire le tour de la Toile.

Une scène filmée sur le RER D selon le web

Choqués par l'attitude obscène de ce couple manifestement adepte du voyeurisme, divers internautes ont sollicité l'auteure du Tweet d'origine afin de savoir sur quelle ligne de transport ferroviaire a été observé cet acte pour le moins sensible. L'intéressée, précisant d'abord qu'elle n'était pas la cadreuse de la vidéo, leur a alors répondu qu'il semblait s'agir de la ligne D du RER, confortant au passage les soupçons de nombreux utilisateurs.

Ce RER est en effet tristement réputé non seulement pour sa piètre ponctualité, mais aussi pour desservir des secteurs parfois mal famés de la banlieue parisienne et ainsi être le théâtre de multiples incivilités.

C'est alors que le hashtag #RERD s'est instantanément vu propulsé au cœur des tendances françaises de Twitter. En parallèle, certains internautes ont signalé la vidéo choc auprès des différents comptes Twitter dont la SNCF [VIDEO] est en charge, notamment celui dédié au RER D dont elle assure l'exploitation. Et ils ont été entendus : selon les informations exclusives de Closer, la direction de l'entreprise a souhaité déposer plainte en ayant transmis le contenu en question aux autorités judiciaires. S'agissant d'un acte d'exhibition sexuelle à la vue d'autrui, les protagonistes encourent un an d'emprisonnement et 15.000 euros d'amende s'ils sont identifiés.

Mais il ne s'agit pas de la ligne D

Si l'auteure du Tweet d'origine s'est également vue contrainte de supprimer ce dernier sur demande de la #SNCF, la vidéo incluse demeure encore massivement relayée sur les #Réseaux sociaux ce samedi 27 janvier.

Et les plus fins observateurs auront remarqué que, contrairement à ce que stipulent une large part des réactions ainsi que certains médias de presse ayant traité de ces images, ce n'est pas sur le RER D que la scène insolite s'est déroulée.

En effet, l'usagère filmant celle-ci, indignée d'en être la première témoin, est sortie de la rame qui marquait au même moment un arrêt en gare, et, une fois descendue, a terminé en orientant la caméra de son smartphone vers la bordure du quai à droite des portes. On a alors pu constater qu'elle se trouvait à bord d'une voiture d'extrémité, mais aussi que la distance entre la porte d'accès et l'arrière du train était très réduite. Il s'agissait donc d'une rame tractée réversible (dite « VB 2N » pour « voiture de banlieue à deux niveaux ») et non pas d'une automotrice comme celles affectées à la ligne D (dites « Z 2N »), visuellement similaires tant par leur architecture que par leurs coloris.

Ces trains, tractés ou poussés (selon les cas) par une locomotive classique, n'appartiennent pas au RER, mais circulent sur le réseau Transilien (auquel s'intègre l'ensemble du RER compris en zone SNCF), de nos jours sur les lignes J et N. En outre, lors des dernières secondes durant lesquelles la caméra est braquée vers le couple en pleine copulation, le plan de la ligne est en grande partie visible au-dessus des portes opposées au quai. Les plus grands connaisseurs y auront identifié la carte du Transilien N, qui assure la desserte de la banlieue sud-ouest au départ de la gare de Paris-Montparnasse.

Rien à voir donc avec le RER D, qui traverse quant à lui l'Île-de-France du nord au sud en passant par le cœur de l'agglomération parisienne. Aussi décriée que soit cette ligne, ce n'est finalement pas celle-ci qui a vu se dérouler l'incivilité hors-normes qui agite la Toile depuis jeudi.