Depuis des années, la courbe du #Chômage fluctue vers des sommets vertigineux, au grand désespoir de ceux qui à ce jour sont qualifiés de "chômeurs" qualificatif porté souvent avec honte par ceux qui sont touchés de plein fouet par une situation économique qu'ils n'ont pas désiré. Avant de vous trouver dans une telle situation, il est de nombreux stades évolutifs qui peuvent vous conduire jusqu'au rejet car vous êtes la preuve vivante d'un échec à tous les niveaux. Le chômage n'a rien d'attractif, et pour beaucoup, il se vit avec désespoir, allant jusqu'à engendrer des conflits qui se doivent d'être vécus au quotidien, vous reléguant au rang de paria.

Chaque mois qui passe apporte son lot de désillusions, et les français commencent à douter d'une possible révolution qui permettrait d'inverser cette courbe dantesque qui, pour beaucoup maintenant, est provocatrice de problèmes irréversibles, obligeant les participants à affronter un quotidien qui vire au cauchemar. Ce bilan mensuel n'a rien de réjouissant, et il me semble qu'au travers d'une lassitude constatée, une habitude négative s’installe, incitant les chômeurs à baisser les bras par manque de confiance dans les dirigeants de notre pays. Nous assistons à une constante désolante qui nous pousse à croire que le "Chômage" est tellement enraciné qu'il devient indétrônable au livre des records de tous genres.

Oui, comme bien d'autres que nous, la France connait La Crise, mais ma question est la suivante : pourquoi, selon les Médias, la France connait une stagnation économique qui influence le taux du chômage français alors que certains Etats communautaires voient le bout du tunnel? Qui répondra à cette question que se posent maintenant ces chômeurs de tout âge, de toute catégorie, diplômé ou pas? Qui? Monsieur Valls? Allez-vous répondre, où bien votre "Joker ministériel " va être en mesure de répondre ?

Le Gouvernement à, me semble-t-il, une vision irréaliste du problème de la reprise économique qui ne peut se faire qu'en passant par un afflux d'embauche; Mais les embauches ne peuvent se faire concrètement que si les carnets de commandes s'alourdissent.

Top vidéos du jour

Ce qui n'est pas la vérité puisque nous avons encore assisté depuis le début de l'année, à un démembrement des fleurons industriels français, sans y voir une action gouvernementale forte et déterminée afin d'empêcher que ne sombre le paquebot "France"; Cessons de rêver, et entrons dans la réalité, afin que la courbe de l'infamie régresse totalement; Nous avons capacité et possibilité, il nous faut l'audace d'y croire et celle d'entreprendre. Au nom de la justice pour tous, et pour le droit au travail.

A qui la faute? A la France? A l'Europe? A la Mondialisation? Incompétence ou manque de visions?

Ce qui permit à l'Europe d'être ce qu'elle est aujourd'hui était une accentuation à l'indépendance industrielle face aux nations dites émergentes, dont nous avions tout à craindre puisque notre système salariale reposait sur des choix industriels de grandes envergures. Les charges patronales alourdissant les besoins de la masse salariale certes, mais pour maintenir notre système social tant envié par les autres, il fallait faire certains sacrifices.

Devant la montée industrielle d'aujourd'hui qui remet tout notre système économique à plat, il nous faut réagir très rapidement.

L'Europe réclame que la France dépose sur son autel toute son application salariale révisée à la baisse, vu qu'elle est dans l'incapacité de se hisser au niveau de la France. Si nous acceptons cette volonté destructrice, ce qui est un drame, nous allons constater une inflexion plus forte et rapide de cette courbe ascensionnelle du chômage. Au grand dam' des travailleurs qui déjà se sentent comme l'agneau du sacrifice devant la volonté déterminée de l'Allemagne qui muselle la reprise économique. Où va-t-il été envisagé que la reprise économique européenne pourrait avoir lieu sans investissement des Entreprises?

Les statistiques sont là, et ils ne sont pas encourageants. Alors, qu'attendons-nous et pourquoi acceptons-nous la volonté statique d'un gouvernement européen qui nous tirent vers le bas? A qui avons-nous fait le voeux de demeurer en l'état de dépendance et surtout, pourquoi perdre notre volonté productrice et créatrice?

Danton dira, pour clôturer son discourt du 2 Novembre 1792 ces mots immortalisés jusqu'à ce jour : de l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace!

France! Je t'interpelle au nom de tous ceux-là qui sont désespérés, qui portent un qualificatif plutôt qu'un nom de famille : chômeurs! France! Ou est ton audace créatrice, ton audace productive qui va générer des emploies et qui va influencer à la baisse la courbe du chômage? Quand vas-tu te lever en grande nation soucieuse du bien être de tes enfants et commencer a entreprendre ce que tu es capable de faire, si tu l'ose? Danton, tribun français, cria de l'audace! Monsieur Valls, de l'audace! Président français, de l'audace! Industriels de tous bords, grandes moyennes et petites entreprise, de l'audace! Encore de l'audace! Toujours de l'audace! Le chômage n'est pas une fatalité, vous le savez bien; Mais pour l'affronter et lui faire toucher terre, il faut l'audace du toréador qui, dans l'arène, devant la bête, ne craint pas et la défie les yeux dans les yeux!

Un homme avait compris que la France se devait de tenir un rang mondial, et pas se tenir sur un strapontin. Il fit en sorte que des grandes visions prennent vie, et ce fut l'aviation, avec ces grandes réalisations : Concorde, Caravelle, la conquête de l'armement nucléaire, l'indépendance vis-à-vis des américains et la sortie de l'OTAN, le règlement total de la dette envers l'Amérique, etc... Contrairement, à ce jour, nous sommes dépendant de tous et toutes, et nous marchons au pas cadencé d'une Europe qui nous a infantilisé et réduit au rôle de quémandeurs.

Lorsque le chômage explose comme aujourd'hui, l'Etat se voit pénalisé dans des actions financières d'aides de tout genre, et le chômeur ne participe plus à l'effort commun qui passe par le paiement des impôts, des caisses de retraites, etc... Il devient éponge, prend le peu qui lui est alloué, perd son identité de consommateur, et tout devient plus lourd pour les autres salariés. En bref, l'inflexion de la courbe du chômage démontrerait, s'il le fallait, que la France est enfin sortie de son hivers frileux et qu'elle est remontée aux créneaux avec l'indéfectible envie de conquêtes industrielles qui se transformerons en conquêtes économiques, et enfin consommatrice.

Si la France redevient visionnaire, ose et avance, si elle se met à créer de l'intérieur les besoins de l'intérieur, et donne aux français la possibilité de reprendre sa place de grande nation dans les rouages économiques, systématiquement, nous pourrons accéder de nouveau à une place raisonnable et concrète dans l'économie européenne et mondiale. Nous produirons et nous créerons des emplois, travail pour tous et toutes, avec des salaires conformes à la renommée qui était la notre.

Pendant longtemps, la France avait le courage de ses ambitions, et les salaires étaient le reflet de la bonne santé économique de notre nation. Il y a eut des époques marquées par le chômage, et ce dernier a généré de bien sombres périodes, qui, peu à peu, entraînèrent la venue de la Vème République et ses grandes avancées techniques qui ouvrirent les marchés mondiaux. Pourquoi avoir peur de ce que nous voyons? Il faut avoir de l'audace afin d'inverser la courbe, et pour ce faire, il faut ne plus faire la mendicité aux français, mais leur donner possibilité d'entrer dans le marché économique français afin de redonner à la France une dynamique qui deviendra manne providentielle pour tous et toutes. Après 68, les salaires furent multipliés par 2, voir 3, sans parler des avantages sociaux qui a ce jours n'existent plus.

C'est possible! A coeur vaillant, rien d'impossible!

Le chômage n'est pas une fatalité, il faut enfin l'admettre. Cessons de brader notre Industrie afin que les investisseurs financiers soient encore plus prospères. Cessons ce jeu débile qui nous coûte les joyaux de notre industrie. L'Europe devait être le berceau économique des nations participantes, afin de s'opposer aux dictatures industrielles mondiales, parce que devenue une Puissance économique. Ce n'est pas le cas, c'est un échec!

Il nous faut effacer le tableau noir de nos peurs et de nos incapacités entretenues par un climat de méfiance, et il est grand temps de sortir les grands projets nationaux et d'ouvrir des chantiers dans tous les domaines, parce qu'avec nos économies de bouts de chandelles, nous avons perdus notre vision de grandeur, et nous sommes conduits par des boutiquiers.

Pour que baisse la courbe du chômage, courbe alarmante, à considérer pour ce qui se cachent de drames derrière ces chiffres anonymes, il faut entreprendre, et cesser de vouloir mettre quelques pièces dans le goret (disait Maître Cappello) La France ne peut plus se contenter de ce qu'elle vit, il est temps de penser autrement.

Aujourd'hui, il faut être audacieux, je me répète peut-être mais c'est la seule solution afin que cette courbe maudite perde de l'altitude et disparaisse. Le chômage n'est pas une fatalité. Peut-être que A. Montebourg avait raison dans sa vision d'un relèvement économique de la France, et c'est "peut-être" à cause de la vision européenne allemande que sa tête fut mise dans un panier après que le couperet soit tombé ! Avoir de l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace!...

BN #Politique