Le président Barack Obama a déclaré ce vendredi dans un discours que Sony "avait fait une erreur" en annulant la projection de son film "L’Interviewqui tue" en raison de menaces de la Corée duNord. Le Federal Bureau of Investigation (FBI) vient d'annoncer que les États-Unis avaient des "renseignements suffisants" pourconclure que la Corée du Nord est responsable de la cyber-attaque sur Sony PicturesEntertainment.

"Ces actes d'intimidation n’entrent pas dans les limites d'uncomportement acceptable de l'Etat. Ce monde interconnecté donne des opportunitéspour les pirates de se faufiler dans le secteur privé et public et nous devons fairequelque chose pour empêcher de telles attaques, mais nous devons faire pluspour que cela ne se produise pas", a dit le président.

Barack Obama s’attend à ce que le Congrès discute decette question l'année prochaine. "Nous ne pouvons pas avoir une sociétéoù un dictateur impose sa politique ici aux Etats-Unis, imaginez quand vousvoyez un documentaire qu’il n’aime pas, plutôt qu'une comédie".

Le FBI a condamné officiellement les actions nord-coréennes destinées à causerdes dommages importants à une entreprise aux États-Unis et de supprimer ledroit des citoyens américains de s’exprimer.

"Ces actes d'intimidation n’entrent pas dans les limites d'uncomportement acceptable de l'Etat", ajoute le communiqué. La cyber-attaquequi a forcé Sony Pictures Entertainment d’annuler la sortie en salles de la comédie surle leader nord-coréen Kim Jong-un est devenue un problème de sécurité nationalepour les États-Unis, qui étudie une réponse "proportionnée".



L'attaque "destructrice" sur Sony "mérite une réponseappropriée", a confirmé Josh Earnest, porte-parole de la Maison Blanche, quispécule sur les mesures que la Maison Blanche entend prendre.

Il s’agit ici du cas le plus frappant d'une marée montante depénétrations de bases de données dans les cinq dernières années.

La compétence croissantedes cybercriminels a forcé les entreprises à changer leur stratégie.

Les entreprises sont actuellement convaincues qu'elles nepeuvent pas empêcher les attaques mais de choisir de réduire les pertes, a expliquéle président d’une entreprise de sécurité à Séoul.

Ne manquez pas notre page Facebook!