Si Boko Haram existe depuis 2009, ce n'est en réalité que depuis avril dernier que la population internationale a pris connaissance du groupe armé lorsque celui-ci a enlevé 237 fillettes nigérianes du lycée Chibok. Dès lors, le monde a découvert ce groupe de fanatiques qui se présentait comme une secte. Mais est-ce toujours le cas aujourd'hui ?  

En réalité, Boko Haram fut une véritable secte à ses débuts, lorsque Mohammed Yusuf la crée en 2002. "Le groupe tient à la fois de la secte et du mouvement social. Il est sectaire de par son intransigeance religieuse, son culte du chef, ses techniques d'endoctrinement, son intolérance à l'égard des autres musulmans et son fonctionnement en vase clos", explique l'islamologue Mathieu Guidère, professeur à l'Université Toulouse. Leurs méthodes plus ou moins pacifistes se sont en fait devenues violentes et barbares lorsque Aboubacar Shekhau a pris la tête du mouvement en 2009. Plutôt que de convertir les « infidèles » à l'islam, Boko Haram s'est mis à tuer quiconque se trouvait sur son chemin, sans réelle différence entre les chrétiens et les musulmans.

Est-il lié aux autres groupes terroristes?

S'il se revendique comme étant apparenté aux talibans en Afghanistan, ou encore à l'AQMI (Al-Qaida au Maghreb islamiste), Boko Haram est en réalité un groupe armé plus destiné à renverser les pouvoirs et les administrations en place au Nigeria et dans les pays voisins qu'à faire le djihad, c'est-à-dire faire la guerre à l'Occident et à ses valeurs, ce qui est plutôt la mission de Daesh.

Publicité
Publicité

À la tête d'une armée qui ne cesse de grandir grâce aux rafles dans les campagnes, Aboubacar Shekhau utilise malgré tout les méthodes du terrorisme, à l'instar de l'Etat Islamique et des autres groupes radicaux islamiques.

Pourquoi le Nigeria ne peut-il s'en débarrasser?

Avec son armée, d'ailleurs la plus puissante de l'Afrique du nord, le Nigeria pourrait en théorie venir à bout de ces quelques 30.000 terroristes. Mais le pays est gangrené par les tensions politiques: d'aucuns pensent même que certains partis de l'opposition pourraient avoir financé Boko Haram pour déstabiliser le Nigeria.

Des combattants de Boko Haram.
Des combattants de Boko Haram.

En pleine période pré-électorale, les politiciens pensent actuellement plus à utiliser ces conflits pour redorer leur image et séduire les électeurs. Et l'armée elle-même est corrompue jusqu'à ses plus hauts dirigeants!

Le Nigeria est-il irrémédiablement en position de faiblesse face à Boko Haram? Si rien n'est fait, oui. Mais le pays a demandé à plusieurs reprises de l'aide à la communauté internationale, des appels qui n'ont jusqu'ici jamais été entendus, à part une vague promesse des Etats-Unis lorsque les lycéennes ont été enlevées.

Publicité

Mais jusqu'ici, aucune trace des armées occidentales au Nigeria...



Lire la suite et regardez la vidéo