L'imam Adil Charkaoui fait lesmanchettes au Québec pour son enseignement radical du Coran. Il nefait pas l'unanimité dans la communauté musulmane de la métropolequébécoise et les autorités ont annoncé que plusieurs de sesfidèles seraient en Syrie pour soutenir l'État islamique. Cedernier aurait recruté des jeunes hommes dont certains ont à peine 20ans.

Le dernier nom à avoir été rendupublic est Mohamed Rifaat. Tout juste sorti de l'école secondaired'Anjou dans la ville de Montréal, il est maintenant en Syrie.

Auregard de sa page Facebook, il est possible de voir une certaineradicalisation dans sa pensée. L'imam Adil Charkaoui a admis que« le jeune garçonfréquente parfois le centre et la mosquée ». Des photos degroupe avec l'imam Charkaoui sont sur la page Facebook du jeunehomme.

Mohamed Rifaat est le deuxième membredu «groupe des six» à avoir un lien avec M. Charkaoui et sesprojets éducatifs religieux. Ce groupe est composé de six personnesayant quitté le pays pour la Syrie. Bilel Zouaidia avait fréquenté l'écolede l'imam avant de la quitter.

Adil Charkaoui assure qu'il ne s'estprésenté qu'à deux séances. Mais il faut tout de même noter quel'imam le plus radical du Québec voit ses élèves le quitter pourcombattre au sein de l'État islamique. Il est normal que despréoccupations soient provoquées.

Des locations de locaux suspendus

Ainsi, les collèges du quartier deRosemont et de Maisonneuve à Montréal ont suspendu le droit delocation de locaux de l'imam Charkaoui.

Outragé et se disant victimed'une chasse aux sorcières, il assure vouloir poursuivre les deuxinstitutions d'enseignement en justice. « Le contexte dediabolisation de l'Islam rend la communauté musulmane du Québec assujettie aux préjugés en raison des médias et des autorités », affirme-t-il.Il insiste sur le fait que les seules écoles subissant des enquêtes sont cellesmusulmanes. « Les écoles juives, par exemple, ne sont pasenquêtées », dit-il.

Il a raison sur ce point, mais lesélèves des écoles juives ne vont pas tuer, violer des femmes etcrucifier des hommes en Syrie. C'est de cela qu'ont peur lesautorités!

Ne manquez pas notre page Facebook!