Le maire de la ville de Ferguson,maintenant célèbre pour les manifestations déclenchées l'annéedernière en relation avec la mort de Michael Brown, a décidé deprendre le racisme dont les forces policières sont gangrenées et ymettre fin. Des mises à pied d'employés municipaux et des réformesde lutte contre la discrimination ont été annoncées vendredi le 6mars dernier.

Plus tôt cette semaine, un rapport aété émis par le département de la justice américaine quant à laprésence du racisme dans les forces de l'ordre et du système dejustice de Ferguson.

Le rapport n'était pas tendre et demandait auxautorités compétentes de prendre des mesures appropriées pour changer la situation. En contre partie, les autorités n'ont pasinculpé le policier ayant tiré sur Michael Brown qui étaitdésarmé.

Le président Barack Obama supporte cette décision: « On ne peut pas inculper unepersonne en raison du caractère tragique d'une situation, »commentait-il.

Dans le rapport, il est reproché àtrois employés de Ferguson qui travaillaient dans les servicespoliciers et judiciaires municipaux d'avoir eu des comportementsdiscriminatoires dans l'excerciceleurs fonctions. James Knowles, le maire de Ferguson, a licencié cesemployés à titre d'exemple et ne veut plus que ces pratiques reviennent.Dans deux semaines, une réunion avec le département de la justiceest planifiée afin de discuter des réformes qui permettront à lasituation, décrite comme pandémique dans le rapport, des'améliorer.

Le maire n'a pas voulu parler de la possibilité de renvoyer le chef de lapolice locale, Tom Jackson: « Il faut d'abord établir où et àquel niveau est le problème et ensuite les ajustements seronteffectués en conséquence. » a-t-il commenté.

Unesituation qui n'est pas isolée

Leprésident Barack Obama a mentionné en entrevue sur la Radio SiriusXM que « le cas de Ferguson n'est pas isolé. Ce n'estcependant pas typique de ce qui se passe au pays, » a-t-ilprécisé. Selon lui, il y a des communautés américaines où lelien de confiance entre la population et les services de l'ordren'existe plus. Cette sortie a lieu a quelques jours du 50èmeanniversaire de la marche de Selma où le sang avait coulé pourréprimer les droits civiques des personnes de race noire. Commequoi, des avancées ont été faites un demi-siècle plus tard, maisque le fond du problème demeure.

Ne manquez pas notre page Facebook!