Le Mexique, tout comme plusieurs paysd'Amérique latine, a beaucoup de problèmes liés aux enlèvements.En 2012, 72 kidnappings avaient été perpétrés sur des étrangers.En 2013, le nombre était demeuré pratiquement identique avec 75enlèvements. Cependant, en 2014, la quantité a simplement explosé.Ce sont 697 enlèvements ou kidnappings qui ont été enregistrés parles autorités mexicaines l'année dernière. Ce sont presque dixfois plus de personnes selon le rapport de l'Institut national del'immigration du Mexique (INAMI) publié lundi dernier. 

De 2012 à 2014, 822 voyageurs ontdisparu au cours de leur séjour au Mexique.

Parmi ces derniers, despersonnes de neuf nationalités différentes sont recensées. Ces enlèvements, qui ont duré quelques heures, ou quelques jours, se sontdéroulés dans plusieurs États :Chiapas, Coahuila, Tabasco,Guanajuato, Mexico City, San Luis Potosí, Sonora, Coahuila, NuevoLeón, Querétaro, Aguascalientes, Hidalgo, Veracruz, Michoacán etTamaulipas. C'est plus de la moitié du pays. Mais, l'endroit le plusdangereux est Tamaulipas. 86% des enlèvements ont été commis danscette région.

Plus de 130 cas ont été signalés auxautorités de l'ambassade américaine seulement dans la périodecouverte entre janvier et novembre 2014.

Cela démontre la grandequantité d'Américains visés par ces attentats. Les autoritésmexicaines se défendent en insistant que pour plusieurs de ces cas,il n'est pas possible de parler de kidnapping. « Il est plusjuste de mentionner que nous sommes confrontés à de l'extorsion etdes manœuvres de chantage », ont expliqué les porte-parole dugouvernement fédéral mexicain.

La pointe de l'iceberg seulement

Ces 697 enlèvements ne sont que lapointe de l'iceberg.

En 2013, les migrants sans papiers officiels ontété des victimes de choix des groupes criminalisés. Il y aurait11.000 personnes prises en otage par les groupes criminels sur letrain nommé La Bestia chaque année. Cela porte la quantité totaleà environ 12.000 kidnappings par an. C'est énorme pour un pays quicherche à être considéré parmi les pays industrialisés. Leshistoires d'horreur de La Bestia sont nombreuses et les autoritésmexicaines ont des devoirs et des questions à se poser.

Ne manquez pas notre page Facebook!