Un rapport des Nations-Unies a étéémis mercredi dernier indiquant que malgré l'augmentation de lapopulation mondiale, la quantité de personnes vivant avec desproblèmes de nutrition a diminué. Selon les chiffres publiés parles organismes de l'ONU, 216 millions d'individus en moins souffrentde malnutrition par rapport aux chiffres de 1990. Cette nouvellepermet de croire que malgré tous les problèmes rencontrés parl'humanité, des avancées continuent lentement, mais sûrement.

Il existe toujours 795 millions depersonnes affamées dans le monde.

C'est-à-dire qu'une personne surneuf sur la planète ne mange pas à sa faim et peine à pouvoir senourrir correctement. Ce chiffre demeure très élevé. Mais, lasituation suit une tangente vers l'amélioration.

Dans certaines régions, le taux depersonnes affamées est simplement alarmant. Les régions endéveloppement ont vu en moyenne la quantité de personnes souffrantde malnutrition passer de 23,3 % à 12,9 %. C'est une améliorationsignificative. Cela représente la moitié moins d'individuscherchant désespérément de la nourriture.

Dans le rapport intitulé « L'Étatde l'insécurité alimentaire dans le monde 2015 », l'ONUdécrit la sous-alimentation comme une situation où une personne estprivée de la nourriture indispensable à mener une vie saine etactive. Sur les 129 pays en développement, 72 d'entre eux ontatteint l'objectif de diminuer de moitié la quantité de personnesaffamées. Le travail n'est pas terminé cependant.

L'Asie et l'Amérique latine progressent

Les autorités onusiennes ont indiquéque « l'Asie et l'Amérique latine avaient connu des progrèssignificatifs ». La Chine, le Vietnam, la Thaïlande, le Chili,la Bolivie et le Brésil ont réussi avec succès à relever le défi.

L'Afrique subsaharienne, dernière declasse

Dans cette région, les progrès sonttrès lents. Plusieurs pays sont aux prises avec des taux demalnutrition très élevés.

Madagascar, la Républiquecentrafricaine, la Tanzanie, le Libéria sont des pays où plus d'unepersonne sur cinq ne mange pas à sa faim.

Des améliorations sont donc notablesdans plusieurs pays, mais l'Afrique est encore au cœur du problème.Des pays sont exclus du rapport en raison du manque de données. La Somalie ou la République démocratique du Congo nesont pas incluses dans ces chiffres. Il faut donc ajouter quelquesmillions de personnes. Mais, plusieurs pays améliorent leursituation.

Ne manquez pas notre page Facebook!