Les autorités mexicaines peuvent se féliciter aujourd'hui. Le Mexique, toujours en guerre contre les cartels de la drogue depuis maintenant douze ans, vient de mettre la main sur près de cinquante membres de Jalisco Nouvelle Génération, l'une des plus grandes associations de malfaiteurs présentes dans le pays d'Amérique Centrale.

Publicité
Publicité

Ce gang, qui connaît une croissance exponentielle depuis l'arrestation de chefs d'autres cartels, continue de laisser planer la peur sur tout le Mexique. Crée il y a neuf ans, cette organisation a réussi à s'étendre face à la "concurrence" du gang de Sinaloa et de celui de Los Zetas.

Une bonne prise pour la police et l'armée mexicaine

Les grands moyens ont dû être déployés afin de mener à bien ces quarante-huit arrestations. Le procureur de l'Etat a indiqué jeudi que ces opérations anti-cartel ont été faites dans l'Etat du Chiapas, situé au sud-est du pays de cent vingt-sept millions d'habitants.

48 membres du cartel Jalisco Nouvelle Génération ont été arrêtés lors de plusieurs opérations de la police et de l'armée.
48 membres du cartel Jalisco Nouvelle Génération ont été arrêtés lors de plusieurs opérations de la police et de l'armée.

Un autre procureur, cette fois-ci du Guatemala, a expliqué devant la presse que le groupe de trafiquants se dirigeait vers ce pays frontalier.

Ces opérations, menées conjointement par la police nationale, les forces locales et l'armée mexicaine, ont permis de mettre hors d'état de nuire dix membres de Jalisco Nouvelle Génération à Tuxtla Gutiérrez, la capitale de l'Etat du Chiapas. La seconde opération visant ces criminels a eu lieu à Comalapa, une ville frontalière avec le Guatemala. Ce passage entre le Mexique et son voisin guatémalien est signe que le trafic de drogue s'étend à d'autres pays d'Amérique Centrale.

Publicité

Une expansion inarrêtable pour Jalisco Nouvelle Génération

Depuis l'arrestation de Joaquin "El Chapo" Guzman, chef du cartel de Sinaloa pendant plus de vingt ans, l'organisation rivale de Jalisco tente de grappiller des pans de territoires et d'étendre son influence criminelle à travers tout le Mexique. Même si les activités du groupe de Nemesio Oseguera Cervantes, dit "El Mencho" se passent surtout sur la côté Pacifique du Mexique, la montée en puissance de cette organisation inquiète de plus en plus les autorités.

La guerre contre la drogue, lancée par le gouvernement mexicain il y a douze ans, n'a pas réussi à freiner le trafic de stupéfiants jusqu'alors. Ce conflit, qui a fait plus de quatre-vingts mille victimes selon des chiffres de 2014, n'est pas prêt de s'arrêter. Rien que depuis le mois de janvier, plus de onze mille meurtres en rapport avec ces trafics ont été déclarées.

Lire la suite