La vidéo d'une femme sauvant in extremis des flammes un koala a fait le tour du monde. Une image évocatrice parmi la multitude de clichés montrant des étendues rougeâtres et des paysages apocalyptiques. Depuis le début de l'été austral, on dénombre pas moins d'une centaine de feux dans tout le pays.

D'un point de vue géographique, la surface ravagée par les feux est équivalente à deux fois la taille de la Belgique. C'est plus de 8 millions d'hectares qui ont été consumés par des flammes de 70 mètres de hauteur. La Nouvelle Galles du Sud est la zone la plus touchée.

Loin d'être les premiers feux à incendier l'Australie, ils n'avaient pas encore atteint une telle ferveur depuis longtemps.

D'après Le Monde, ils sont 5 fois plus fréquents en Nouvelles Galles du Sud de 2001 à 2019. Autre constat prémonitoire : l'indice de danger de feu de forêt enregistrant un record jamais atteint là encore depuis ce printemps. Ces feux n'ont pas attendu l'été austral pour ravager l'Australie car ils ont démarré depuis septembre, mois marquant le début du printemps australien (de septembre à novembre) bien avant l'été austral de décembre à février, pourtant la période la plus propice aux fortes chaleurs et aux feux de forêts.

28 morts et 2000 maisons détruites

En conséquences : des dégâts monstres ont émaillé le territoire. Le bilan humain est moins catastrophique que lors des feux de 2009 avec 170 morts répertoriés aux alentours de Melbourne.

Depuis quelques semaines, 100 000 personnes ont du se déplacer au vu de l'état d'urgence. Près de 2000 maisons ont été saccagées et 28 morts sont enregistrés parmi lesquels des pompiers.

160 animaux à l'hectare tués

D'après France Culture, 160 Animaux à l'hectare ont été tués. Un coup dur de plus pour l'Australie qui est déjà désigné comme l'un des pays avec le plus haut taux d'espèces disparues : 24 espèces se seraient déjà éteintes en 200 ans.

Les estimations de pertes animales dues aux feux s'échelonnent possiblement à près d'un milliard.

La liste est longue : les principales espèces victimes sont des espèces terrestres et des mammifères. Des kangourous (4000 kangourous ont été tués en 2019) sans oublier 25 000 soit 30% de koalas morts, des dizaines de milliers de chameaux depuis quelques mois.

D'autres espèces plus discrètes rejoignent le banc des victimes, parmi elles ? des insectes, des batraciens, des oiseaux, des chauves-souris et des reptiles. Pour contrer les disparitions d'espèces, la population participe à l'installation d'abreuvoirs et de centres d'accueil. Les disparitions d'animaux s'ajoutent à d'autres dégâts inattendus. C'est le cas des déplacements massifs d'animaux comme en témoigne la dizaine de milliers de dromadaires affamés actuellement en transit dans le Sud de l'Australie, au risque de se faire tirer dessus.

Selon la NBC, les flammes étaient à une température avoisinant les 1000 degrés. Quelles sont les causes de ces feux ? Plusieurs raisons : l'augmentation des températures (en décembre : plus de 40 degrés) a l'origine de sécheresses importantes.

L'absence de pluies conséquentes depuis fin novembre est aussi un facteur favorisant. On parle même d'un déficit pluviométrique sur les 18 derniers mois malgré une averse, le 6 janvier, trop fine et insuffisante pour éteindre les feux. Dominique Morvan, professeur a Aix Marseille Université, spécialiste de la physique des feux de forêt parle d'un stress hydrique notable.

Le type de végétation très inflammable, présent dans la forêt australienne, notamment les spécimens d'eucalyptus et de pins aux essences incandescentes, est aussi un point négatif. L'air chaud déplace les braises chaudes vers d'autres zones qui prennent feu à leur tour. À une échelle minime, ce sont aussi les humains qui ont parfois été interpellés en train de mettre délibérément le feu ou des espèces d'oiseaux qui lancent des branches enflammées sur leurs proies.

Un taux de pollution 20 fois supérieur

L'OMS a affirmé que le taux de pollution en Australie est 20 fois supérieur au seuil critique. Une pollution globale au vu des nombreuses villes d'Australie frappées de plein fouet : Sydney, Canberra ou encore Melbourne. D'un point de vue sanitaire, les fines particules sont toxiques. C'est particulièrement l'exposition aux particules PM2.5 (des microparticules d'une surface inférieure a 2.5 mm) qui peut être nocive. D'autres polluants comme le monoxyde de carbone et du protoxyde d'azote ont été prélevés dans l'air.

Des phénomènes inattendus

Les feux ont aussi des conséquences incroyables. La fumée épaisse qui est arrivée jusqu'en Nouvelle Zélande parcourant une distance de 2500 km est à l'origine d'une teinte jaunâtre persistante dans le ciel.

Elle s'est déplacée sur 12 000 km se rendant jusqu'en Amérique du sud comme en Argentine. Phénomène climatique rare : la formation de nuage chargés en électricité. On parle de pyrocumulonimbus flammagenitus ou pyrocumulus, qui sont des nuages à orages, d'une hauteur d'une dizaine de mètres avec des vents d'une centaine de km/h, autant chargés en particules qu'une éruption volcanique modérée. Ces nuages en augmentation sont d'autant plus dangereux car peuvent difficilement être sous contrôle avec des rafales descendantes et des courants ascendants puissants voir des tornades de feu.

3 fuseaux horaires

Difficile de mettre en place des renforts considérables quand on sait que l'Australie, est une île continent éloignée avec 3 fuseaux horaires et une superficie importante (6ème pays avec la plus grande superficie au monde avec près de 8 millions de km²).

Sans oublier le gouvernement très climato-sceptique qui ne semble pas prendre conscience du problème à l'image de la visite controversée de Scott Morisson, le premier ministre australien, mal accueilli par l'ensemble de la population, ce 2 janvier. L'Australie est aussi le premier pays à émettre des gaz à effet de serre dans le monde en tant que cinquième pays producteur de charbon.

Les aides médicales et financières

Le gouvernement a récolté une somme importante et prévoit de mettre en place une agence destinée a aider à la reconstruction du pays. Des renforts militaires vont être envoyés (3000 réservistes selon le premier ministre). Avec 25 % d'asthme en plus selon le Dr Richard Brome, une coalition de groupes médicaux de 25 000 médecins de l'Australasian College Physicians se réunissent pour trouver des solutions à un état d'urgence de santé publique.

Au niveau international, des renforts sont déployés comme les pompiers de France et de nombreuses stars ont décidé de récolter des dons.

Bientôt les températures risquent d'augmenter car l'été austral ne fait que commencer. Et en toile de fond, certaines zones de la planète continue à s'embraser : en Californie ou en Amazonie, des zones réputées pour les incendies. D'autres lieux qu'on pourrait croire épargnés sont durement impactés comme la Sibérie avec ses 12 millions d'hectares calcinés et la fonte progressive de ses glaciers.

Suivez la page Animaux
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!