Le monde de l'information est complexe - et de fausses histoires et visuels sont souvent largement partagés sur les réseaux sociaux. L'équipe éditoriale de Blasting News repère chaque semaine les canulars et les informations trompeuses les plus populaires pour vous aider à discerner le vrai du faux. Voici les revendications les plus partagées de cette semaine, aucune d’elles n'est légitime.

ÉTATS-UNIS

Allégation : Les vaccins COVID-19 sont fabriqués à partir de tissus de fœtus humains avortés et sont des systèmes d'exploitation conçus pour reprogrammer les humains

Les faits : Au cours des dernières semaines, plusieurs messages ont été signalés par Facebook, affirmant que les vaccins COVID-19 contiennent des tissus fœtaux et sont des systèmes d'exploitation.

Vérité : Ces deux affirmations sont fausses.

  • Certains vaccins, comme ceux qui protègent contre la rubéole et la varicelle, sont en fait produits à partir de lignées cellulaires descendantes de deux fœtus avortés dans les années 1960, selon un article paru en janvier 2017 dans le magazine Science. Cependant, aucune cellule fœtale supplémentaire n'est nécessaire pour la production de vaccins, et aucun tissu fœtal réel n'est présent dans ces vaccins.
  • Comme le rapporte Reuters, "ces nouveaux vaccins sont conçus pour créer une réponse immunitaire contre le virus du SRAS-CoV-2, qui provoque la maladie COVID-19", mais ils ne sont pas capables de modifier l'ADN et donc de "reprogrammer" les humains.

ÉTATS-UNIS

Allégation : Bill Gates veut utiliser des OGM dans les vaccins pour enfants

Les faits : Une vidéo trompeuse a été diffusée sur les médias sociaux, affirmant que Bill Gates voudrait injecter des OGM aux enfants.

"Les organismes génétiquement modifiés, et nous les injectons dans les bras de petits enfants, sont inoculés juste dans la veine", a apparemment déclaré M. Gates dans une vidéo.

Vérité : La vidéo est fausse et le discours de M. Gates est trafiqué. En fait, M. Gates a approuvé les OGM dans un discours prononcé à Bruxelles en 2015 et, pour appuyer sa thèse, le philanthrope a fait une analogie avec les médicaments qui, comme les OGM, sont soumis à des essais et des contrôles pour s'assurer de leur innocuité.

M. Gates a également ajouté que les OGM promettent "de résoudre les problèmes de nutrition, de productivité et de maladies des cultures pour les agriculteurs africains".

ÉTATS-UNIS

Affirmation : Coca-Cola a lancé une nouvelle canette avec la phrase "Essayez d'être moins blanc".

Les faits : Plusieurs posts partagés sur les médias sociaux montraient une image avec une canette de Coca-Cola et la phrase "Essayez d'être moins blanc" écrite sur le logo blanc de la société.

Vérité : Comme le rapporte Snopes, cette affirmation est fausse. Une recherche d'image inversée montre que l'image est une image de 2014 archivée par Shutterstock.

Cette semaine, Coca-Cola a été accusé d'avoir forcé ses employés à regarder un atelier vidéo avec une diapositive de présentation sur laquelle on pouvait lire "Essayez d'être moins blanc". En réalité, comme le souligne Snopes, "le cours sur l'antiracisme était réel, mais il était peu probable que Coca-Cola ait forcé ses employés à le regarder, et la société a explicitement nié l'avoir fait".

ÉTATS-UNIS

Affirmation : Nostradamus a prédit qu'"un homme faible régnera sur le monde occidental avec une Jézabel".

Les faits : Une image virale partagée des centaines de fois sur Facebook affirme que l'astrologue français du 16e siècle Nostradamus a écrit : "Une peste tombera sur le monde.

Ensuite, un homme faible régnera sur le monde occidental avec une Jézabel. Le peuple sera endommagé et soumis par un souverain fou. Le grand aigle souffrira et tombera." Le poste comprend une photo du président des États-Unis, Joe Biden, et de la vice-présidente, Kamala Harris.

Vérité : Comme l'ont souligné différentes organisations de vérification, rien ne prouve que Nostradamus ait écrit la citation partagée sur Facebook. En fait, la citation ne se trouve pas dans ses œuvres.

Royaume-Uni

Allégation : Le gouvernement britannique a empêché l'Office des Statistiques Nationales de publier des données sur les effets secondaires du vaccin COVID-19.

Les faits : Des messages diffusés sur Facebook et Twitter prétendent que le gouvernement britannique a empêché l'Office des Statistiques Nationales (ONS) de publier des données sur le nombre de personnes ayant subi des effets secondaires après avoir reçu le vaccin Covid-19. "Si tout est comme il faut, pourquoi notre gouvernement retiendrait-il cette information cruciale", s'interrogent certains des posts.

Vérité : Dans un courriel adressé à Reuters, l'ONS a déclaré "L'ONS a élaboré des plans pour contrôler l'efficacité de la vaccination de masse. Cela comprendra probablement l'analyse des flux de données existants et des questions d'enquête supplémentaires. Lorsque nous serons satisfaits de la qualité et de la robustesse de nos résultats, ils seront rendus publics de la manière habituelle et conformément au code de pratique statistique du Royaume-Uni".

Le ministère de la santé et des affaires sociales a également indiqué à Reuters que des rapports réguliers sur les vaccins ont été publiés par l'Agence de ‘Medicines and Health Products Regulatory Agency’ (MHRA).

Corée du Sud

Affirmation : La police italienne a "arrêté des dizaines de cardinaux pédophiles" au Vatican

Les faits : Des messages partagés sur Facebook prétendent qu'une opération menée par la police italienne a "arrêté des dizaines de cardinaux pédophiles" dans la Cité du Vatican. Certains des posts partagent un article publié sur le site coréen UN News qui, entre autres, affirme "Le Parlement italien a voté à une écrasante majorité la fusion de la Cité du Vatican avec la Cité de Rome, mettant ainsi fin au règne du catholicisme sur la cité-État".

Vérité : Selon l'AFP, cette affirmation est fausse. Il n'existe aucune trace d'une opération policière visant à arrêter des cardinaux pédophiles au Vatican. La même histoire a été publiée en janvier 2019 par le site satirique 'Laughing in Disbelief'.

Brésil

Affirmation : Le CDC a gonflé de 1,600 % le nombre de décès dus au COVID-19 aux États-Unis

Les faits : Les postes partagés sur les médias sociaux affirment qu'une étude a prouvé que les 'Centers for Disease Control and Prevention' (CDC) ont gonflé de 1,600 % le nombre de décès dus au COVID-19 aux États-Unis.

Selon l'étude, publiée en octobre 2020, les données des CDC montrent que seulement 6 % des 161 392 décès par COVID-19 enregistrés jusqu'à présent ne mentionnent aucune comorbidité, ce qui indiquerait que seulement 9 684 décès ont été effectivement causés par la COVID-19.

Vérité : L'interprétation de l'étude est complètement réfutée par les experts et les agences de santé. Dans une interview à ABC, Anthony Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses, a renforcé les données officielles du CDC et a déclaré "Cela ne veut pas dire qu'une personne qui souffre d'hypertension ou de diabète ne soit pas réellement morte de la COVID-19".

Éthiopie

Affirmation : La photo montre la reine Elizabeth II s'inclinant devant l'empereur éthiopien

Les faits : Des messages partagés sur Facebook et Twitter prétendent montrer une photo en noir et blanc de la reine Elizabeth II et du prince Philip s'inclinant devant l'empereur éthiopien.

"La reine Elizabeth et le prince Philippe s'inclinant devant l'empereur Hailé Sélassié et son épouse, l'impératrice Menen Asfew. Ce sont les seules personnes devant qui ils se sont inclinés en tant que couple royal", peut-on lire dans la légende des messages.

Vérité : L'image en noir et blanc montre l'empereur Hailé Sélassié Ier et sa femme, l'impératrice Menen Asfew, ainsi que deux personnes qui s'inclinent devant la caméra, le dos tourné. Ces deux personnes, cependant, ne sont pas la reine Elizabeth II et le prince Philippe.Une recherche d'image inversée montre que la photo partagée sur les médias sociaux a été prise à l'origine en 1955, par le photographe germano-américain Alfred Eisenstaedt.

La première visite officielle de la reine Elizabeth II en Éthiopie n'a lieu qu'une décennie plus tard, en 1965.

Suivez la page Covid-19
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!