Experts reconnus de la stratégie de développement des entreprises, du conseil en cyber sécurité, des télécommunications, mais aussi de l'intelligence économique, Agnès Boschet, Jessica Chimenti, Nicolas Mera Leal et Thomas Duval publient, en cette deuxième quinzaine de décembre un livre exceptionnel intitulé "Chine digitale", décrivant la cyberguerre menée par la Chine contre l'Occident. Les quatre auteurs ont un point commun : ils sont titulaires d'un Executive MBA en "Management des Risques, Sûreté internationale et Cybersécurité" obtenu à l'Ecole de Guerre Economique (EGE) de Paris.

Au fil de ses 120 pages, l'ouvrage donne des frissons.

La Chine est devenue un dragon hacker de puissance qui entend contrôler la planète. Car, selon les auteurs, la Chine gagne actuellement le marathon de la puissance, en utilisant, entre autres, le cyber espace, sans que les grandes démocraties occidentales l'aient vraiment perçu. Et le constat est terrible : "la guerre désormais déclarée pour la conquête du cyber espace laisse l'Europe divisée hors champ" écrivent Agnès Boschet, Jessica Chimenti, Nicolas Mera Leal et Thomas Duval, tout en constatant une première réaction de la France.

Les cyber-mercenaires de la Chine visent l'intelligence économique

Les cyber-mercenaires ont aussi axé leur offensive en direction de l'intelligence économique, des systèmes informatiques des entreprises, car la Chine se révèle le champion des procédures d'encerclement.

Les dirigeants chinois et leur président Xi Jinping jouent la cyber-guerre en solo, grâce à son armée furtive de "soldats de la toile", dans un univers de dizaines de milliers de hackers hyper spécialisés, capables de prêter une grande oreille à tous les bruits du monde, mais aussi d'installer des pièges pour siphonner les données des entreprises occidentales.

Ce livre a l'immense mérite de décrire, par le détail, les mécanismes des attaques (page 87) dans, "le jus de tous les cerveaux". L'ouvrage détaille le cyber-espionnage au service de l'ambition chinoise, qui favorise aussi le levier de négociation dans la guerre économique sino-américaine.

Les attaques informatiques portent atteinte à la défense et à l'économie

Alors que la France semble centrée sur la réforme des retraites, la lutte contre le grand banditisme de Lyon où le sang des caïds pourrait couler ou encore la ville de Grenoble en passe d'être la capitale de la prostitution, le dragon chinois se transforme en hydre et forme des légions de cyber-combattants, capables de frapper là où personne ne les attend. Et les cyber-guerriers de la Chine ont déjà percé nos défenses:

"Alors que les attaques informatiques sont susceptibles de porter gravement atteinte à la sécurité nationale, il a fallu attendre le 18 janvier 2019 pour que la ministre des armées Florence Parly dévoile sa doctrine de cyber défense", notent les auteurs.

La France tente de rattraper son retard dans son domaine. Et l'armée française pourra désormais riposter à une attaque informatique et emploiera l'arme cyber sur le champ de bataille (page 110).

Ne manquez pas notre page Facebook!