C'est l'histoire d'un imam palestinien, Mohamed Alashram, réfugié politique à Strasbourg, fiché S, qui s'est radicalisé. "Ses prêches étaient des incitations à la haine raciale dans une ville victime d'attentats terroristes. Il avait aussi incité deux jeunes Strasbourgeois à partir faire le djihad" indique un officier de police de Strasbourg, joint par téléphone ce jeudi 12 décembre 2019, et qui préfère garder l'anonymat. "Pour éviter des dérapages à Strasbourg, ce prêcheur incitant à la haine a été placé en résidence administrative dans une ville de la Creuse".

Depuis 18 mois, l'imam indésirable de Strasbourg, dont les prêches étaient redoutés des services de renseignements français et suivis par plusieurs centaines de jeunes musulmans, a été mis en résidence dans un hôtel de la ville Creusoise La Souterraine, après être passé par les Deux Sèvres et la Haute-Vienne. Cet homme est même sous le coup d'une obligation de quitter le territoire, qui n'a pas été mise en oeuvre à ce jour.

Grève de la faim de l'imam

La goutte d'eau qui a fait déborder le vase est survenue samedi 7 décembre dans la paisible ville creusoise de La Souterraine.

Simultanément, l'imam Mohamed Alashram a engagé une grève de la faim, en précisant "qu'il est en danger de mort s'il est expulsé en Palestine", et 50 strasbourgeois, parmi les plus fidèles de l'imam radical ont occupé le parvis de l'hôtel de ville, en déployant des banderoles écrites en français et en arabe.

Ce groupuscule a défilé dans les rues de la ville en hurlant des slogans : "Liberté pour l'imam Mohamed Alashram", "Free pour Mohamed Alashram", etc.

Comme ces jeunes musulmans, très communicatifs, avaient pris soin d'alerter la presse, la manifestation creusoise n'a pas été noyée dans le mouvement national contre la réforme des retraites. Cet épisode religieux a même été surmédiatisé, avec présences des radios, des photographes.

Incidents entre manifestants et habitants de La Souterraine

Des dérapages verbaux se sont produits entre des habitants de La Souterraine et une partie des soutiens à Mohamed Alashram.

Les jeunes Strasbourgeois ont annoncé aux médias locaux qu'ils allaient revenir dans les prochains jours, beaucoup plus nombreux, pour soutenir leur imam.

Le maire de La Souterraine, Jean-François Mugay a aussitôt sollicité Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, en lui demandant d'éloigner l'imam de sa commune. Dans son courrier, dont nous avons obtenu une copie, le maire de La Souterraine "s'étonne que l'imam reste dans un hôtel de sa ville depuis 18 mois….

Cette situation créée des tensions. Les habitants de ma ville ne comprennent pas pourquoi le ministère de l'Intérieur a choisi La Souterraine pour assigner à résidence cet imam strasbourgeois".

Dans une France déstabilisée par le grand banditisme, comme Lyon où le sang des caïds pourrait couler, ou la ville de Grenoble en passe d'être la capitale de la prostitution, la Creuse vit des moments compliqués, elle qui est réputée pour sa tranquillité et sa qualité de vie.

Ne manquez pas notre page Facebook!