En plein été, le livre qui dérange l'Elysée mais aussi de grands groupes industriels et médicaux. Car "La déviance des leaders" de Philippe Villemus, publié par les éditions "EMS Management & Société" se veut le casier judiciaire de la République. Cet ouvrage exceptionnel, très documenté, aurait pu être rédigé par un psychiatre, tant il décortique et analyse les comportements déviants de nombreux leaders qui nous ont gouvernés ou qui sont encore aux manettes de l'état ou de l'industrie.

C'est la première fois qu'un universitaire met sur la place publique les syndromes et les causes de la déviance des "pas vu, pas pris" et propose des actions pour éradiquer les méthodes de ces leaders sans éthique.

Ce Professeur chercheur à Montpellier Business School décrit, par le détail, les méthodes de ces gouvernants, chefs d'entreprises, dirigeants, qui se croient tout permis.

"La déviance des leaders est le livre de l'été"

De Michel Platini à Dominique Strauss Kahn, de Jérôme Cahuzac (défendu par Eric Dupond Moretti) à Olivier Dussopt, en passant par François Fillon, Carlos Ghosn, Lance Armstrong, Patrick Balkany, et pas mal d'autres ont un point commun : ils ont violé l'éthique, suite à différents syndromes tels la la vision brouillée, le désir de puissance, la contamination ou encore le syndrome d'hubris (le leader se croit invincible).

Philippe Villemus, qui exerça aussi d'importantes responsabilités au coeur du groupe l'Oréal, au sein de la coupe du monde de football en 1998, ou encore comme dirigeant du groupe agroalimentaire Mars ou de la société Colgate Palmolive, dissèque les grands scandales des vingt cinq dernières années au "coeur de la République qui se voulait exemplaire".

"La déviance des leaders" épingle ministres et parlementaires

Dans le syndrome du désir de puissance, doublé de celui d'invincibilité, on retrouve le ministre du budget de François Hollande, Jérôme Cahuzac. Accusé de cacher son argent en Suisse, Cahuzac ment haut et fort devant les parlementaires, représentants de la Nation.

Le livre révèle comment la République s'est laissée berner par un prédateur aux capacités intellectuelles élevées.

Dans le chapitre intitulé "Qu'est ce que le leadership ?", l'auteur compare les politiques dévoyées à "Tarzan et au mâle Alpha". Un régal intellectuel avec le syndrome de la normalité. "Le leader se convainc que tout le monde le fait", écrit Philippe Villemus, en citant au passage les emplois fictifs de centaines de députés ou de sénateurs.

Dans ce cas de figure, il remarque que peu de parlementaires "sont montés au créneau pour dénoncer ces pratiques".

"La déviance des leaders" détaille les contre-attaques des corrompus

Même s'il n'a pas encore lu "vivre le Japon sans quitter Paris" ou "les meilleures adresses japonaises de la capitale", Philippe Villemus révèle l'importance des restaurants dans le premier pas vers la corruption, avec l'acceptation d'un repas gratuit, prémisse à d'autres cadeaux plus enrichissants, par le politique.

Ce livre, qui recense aussi les déviants politiques, insiste sur les moyens de défense des politiques corrompus : la contre-attaque, le moyen privilégié utilisé par le politique déviant pour se défendre en invoquant "le complot".

Ne manquez pas notre page Facebook!