Quand l'Exécutif manipule la nation via leposte de télévision.

Comme beaucoup de mes concitoyens, je suisoutrée, ce jour 13 novembre 2014, de prendre connaissance des dires de Monsieurle Secrétaire d'Etat chargé du buget,  Christian Eckert,  revenantsur les propos du président, lors de sa prestation du 6 novembre dernier devant8 millions de téléspectateurs avides de l'entendre nous raconter de belleshistoires et nous affirmer la main sur le coeur que tout allait bien.

Nous avons tous entendu, il a été répété, encoreet encore, que 2015 ne verrait pas de nouveaux impôts amputer une nouvelle foisle pouvoir d'achats  des foyers français.

Loupé ! Avons-nous rêvéen comprenant ce que nous avons entendu, tous victimes d'une illusion verbale,dans une recherche d'entendre enfin une bonne nouvelle ? La réalité, lavérité est celle-ci : il a été dit ceci :Pas de nouveaux impôts au-delàde ce qui a été "déjà" annoncé!

Comprenez-vous la différence contenue dans cepetit mot : déjà annoncé ?

Cela revient à dire clairement, mais à motscachés, que tout ce qui a été décrété sans déclaration publique aura un impactsur nos impôts qui se verraient ainsi augmentés malgré les affirmationsprésidentielle.  Pas au-delà dit le président usant ainsi d'artifice verbal,alors que sa popularité est au plus bas. 

Nous y avons "presque" cru, nous avonsété "presque" convaincu de sa bonne foi, mais malheureusement, iln'en est rien et nous demeurons dans l'expectative de nouveaux impôts pour2015.

Comment pouvons-nous interpréter la grande scènede "je vous ai compris" - acte II (le Général de Gaulle ayant usé dela même stratégie envers la crise de l'Algérie dans les années 60)?

De qui se moque-t-on ici ?

Il n'est pas de politicien qui un jour ne renie ce qu'il a affirmé la veille, mais là, c'est trop fort. C'est unetromperie nationale, qui va démontrer une nouvelle fois pourquoi les classespolitiques perdent la confiance des électeurs.

"Tous les mêmes"devient le leitmotiv général, et bientôt, elles s'en viendront à récolterle fruits de leurs incessantes paroles parjures et mensongères.

Selon le Secrétaire d'Etat, il est plus prudentd'affirmer "qu'on ne peut pas graver dans du marbre une situation nonmaitrisée dépendante d'un contexte international" Explication de cedernier : "pour atteindre le "cap" fixé par le présidentF.Hollande, il faut savoir "tirer des bords"?

Qu'est-ce donc-là ce charabia politico-élyséen?

Après cela, un démenti du"Porte-Parole"  de l'Elysée Monsieur Le Fol, attestant lecontraire : c'est écrit dans le marbre dit-il, et  pour lui, la porte estclose : pas d'augmentation d'impôts.

Revenus au bon vieux temps de la marche descrabes dans le désert, ou beaucoup de nos ministres excellent, une questions'impose d'elle-même : qui tire les ficelles de ce mic-mac et à qui faireconfiance dans ce jeux du "ni oui - ni non" qui laisse largementla porte ouverte à toutes les incertitudes qui nous sont infligées. Rien denouveau sous le soleil; Le premier Gouvernement était dans cette logique et ila été remercié; En sera-t-il de même pour ce dernier qui a emprunté lessentiers de la cacophonie du premier?

Et nous, le peuple, dans l'obligation de danserla même danse, dans la même cadence? Il suffit! Accordez vos violons et soyezsérieux. Votre charge l'exige, le peuple le réclame, et la France le mérite.



Ne manquez pas notre page Facebook!