Le manifeste "Heureux à l'école"(lemanifesteheureuxalecole.fr) est une initiative de l'association OZE, association yvelinoise de soutien et de conseil pour une éducation bienveillante. Parmi les soutiens officiels dece projet, on compte Le Printemps de l'Éducation, le blog esukudu, les Éditions Play-Bac ou encore le salon KidExpo. Tout le monde est invité à signer en ligne et à partager ce manifeste : "Plus nous aurons de signatures, plus nous pourrons attirer l'attention des médias et surtout, de la Ministre Najat Vallaud-Belkacem", m'a confié l'instigatrice du projet, Nathalie de Boisgrollier, dontl'ambition est de mobiliser plus de 300.000 personnes en France.

Ce Manifeste part du constat que les jeunes aiment rarementaller à l'école, et que même dans l'enseignement supérieur, les étudiants ne font pas souvent les études qu'ils aimeraient réellementfaire (à supposer qu'ils se soient posé la question). QuandNathalie de Boisgrollier a demandé à ses enfants si on pouvait être heureux à l'école, ces derniers lui ont ri au nez."Ma fille me dit qu’elle n’y va que pour les copines, et mon fils, que plus vite on la quitte, mieux c’est.", rapporte-t-elle, consternée.

Elle est sûre que les choses peuvent changer, pas dans cent ans, mais maintenant. Une liste d'une douzaine de propositions constitue ce Manifeste, parmi lesquelles on peut lire :

  • Nous rêvons d’une école qui permet à chaque enfant de s’épanouir.
  • Nous rêvons d’une école où l’ennui fait place à la créativité et au travail en équipe, où chaque enfant entretient son plaisir d’apprendre.
  • Nous rêvons d’une école où les élèves apprennent à se connaître, où les élèves découvrent et expriment leurs talents sans peur d’être critiqués ou jugés.
  • Nous rêvons d’une école où l’accueil de la différence se pratique tous les jours.

De nombreux autres idéaux viennent compléter cette liste en ligne depuis cet été.

Vers un Grenelle de la scolarité heureuse ?

Par ce manifeste, l'association OZE et ses partenaires tirent la sonnetted'alarme pour alerter lesFrançais.es : dans cecontexte d'inégalités socio-économiques face aux études, de dysfonctionnement du système éducatif, de montée du harcèlement scolaire et de la dépression chez les jeunes, d'inadaptationde la formation des enseignant.e.s, de grande misère dans les lycées professionnels,"il est absolument nécessaire de changer le modèle à grande échelle".Pour faire parler d'elle, l'association est allée à la rencontre de plusieurs personnalités pour leur poser la question, face caméra : "Qu'est-ce que ça a été, l'école, pour toi ?".

Ci-dessous la réponse de l'écrivain Alexandre Jardin :

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite