Alors que des statistiques révèlent un recul inquiétant de la couverture vaccinale contre la grippe en France depuis 2009, l'Assemblée Nationale a voté, le 27 octobre, un nouvel amendement. La loi autorise désormaisles pharmaciens à pratiquer le Vaccin contre le virus. Une mesure expérimentale qui vise à faciliter l'accès à la vaccination, notamment chez les personnes les plus à risques.Les chiffres sonnentl'alarme.Alors qu'en 2009, près de 62% des personnes à risque se faisaient vacciner, en 2015, moins d'une sur deux s’est protégée contre la grippe.

Pourtant, le virus est contagieux et sournois. Une personne en apparence saine peut en contaminer une autre durant la période d'incubation. La propagation de la maladie s'effectue par l'air, si le malade tousse ou éternue, par la salive mais également par des contacts physiques comme les baisers, les poignées de main ou des contacts avec des objets manipulés par le malade. Le virus survit jusqu'à deux jours à la surface d'un objet.La grippepeut avoir de graves conséquences en particulier si elle s'ajoute à une infection bactérienne qui affecte les poumons.

Les personnes âgées, les patients atteints demaladies chroniques, pulmonaires ou les femmes enceintes ont vivement intérêt à recourir au vaccin.Jean-Pierre Door (LR) a réaffirmé l'importance de la vaccination, notamment dansle monde rural. La grippe est cause, chaque hiver en France, de « milliers de décès, en particulier chez les personnes de plus de 65 ans ». L’OMS souhaiteune couverture vaccinale de 75% en France.

Une vaccination expérimentale de la grippe en pharmacie

Les raisons de ce recul des vaccins contre la grippe identifiées ont trait en particulier à la complexité du parcours pour accéder au vaccin. La solution de simplifier son accès a donc été mise en œuvre.C'est l'objectif del'amendement, rédigé parMichèle Delaunay (PS), voté le 27 octobre, par l'Assemblée Nationale, dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale.

Celui-ci qui autorise le geste médical de la vaccination contre la grippe aux pharmaciens. Cette mesure expérimentale s'appliquera pendant trois ans et son financement sera assuré par le Fonds d'intervention régional.

Une mesure controversée

Si la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qualifie cette mesure d' « avancée importante », et si, en Irlande ou en Suisse, les pharmaciens sont depuis longtemps habilités à vacciner contre la grippe, cette mesure demeure controversée. Les médecins généralistes et leurs syndicats sont montés au créneau pour dénoncer notamment le manque de formation des pharmaciens.Mais des solutions se profilent.

82 % des pharmaciens se déclarent prêts à se former au nom de l'urgence sanitaire. Un autre amendement a également été voté par l'Assemblée en réponse à la grognedes syndicats. Ainsi certains cabinets médicaux pourront stocker des vaccins contre la grippe pendant trois ans afin deles administrer aux populations à risque.

Ne manquez pas notre page Facebook!