4

Lundi 25 septembre à 15 h 30, à la CCI de Privas, le centre de développement agroalimentaire Ardèche le Goût tient son assemblée générale annuelle. Cette structure originale, comme la jeune agence de communication du Nord Ardèche Vivarais Communication créée par Sian Wallace, veille à la promotion des meilleurs produits et productions Ardéchois. Miels, charcuteries, fromages, laitages, châtaignes, vins, fruits, confitures, etc, bénéficient du savoir faire des deux structures. Dans un département ayant perdu une grosse partie de son tissu industriel, suite notamment aux délocalisations dans les pays asiatiques, les savoir-faire agricoles et viticoles constituent une seconde chance pour l'économie locale.

Dès lors, un label "Ardèche le Goût" est offert gratuitement aux productions alimentaires référencées par la structure lors de salons, de dégustations, à l'image du concours des miels du Sud Est. Des dégustateurs d'Ardèche le Goût participent, chaque année, au jury du concours régional des miels avec des médailles pour les meilleurs miels des apiculteurs du Sud Est de la France. Toute l'année, des campagnes de promotion sont régulièrement organisées, et permettent de valoriser l'Ardèche, son savoir faire, son environnement préservé des pollutions, ses traditions authentiques.

Même priorité pour la jeune agence de communication "Vivarais Communication" implantée à Annonay. Sa jeune responsable Sian Wallace mise sur le savoir faire alimentaire de l'Ardèche et de ses producteurs, sur les miels Ardéchois, croit dur comme fer à la qualité des charcuteries et salaisons locales, dont l'industrie de transformation récolte régulièrement des médailles au concours général agricole de Paris ou au Sihra de Lyon.

Top vidéos du jour

A plusieurs reprises, Sian Wallace et Vivarais Communication ont même lancé des campagnes bénévoles pour aider à relancer l'activité de producteurs sinistrés. La jeune femme détaille sa démarche : "Nous sommes une agence avec un coeur, et nous souhaitions aider l'apiculteur Olivier Belval, qui avait besoin de 250 essaims d'abeilles pour redémarrer son exploitation, car ses colonies avaient été décimées par les insecticides, les pesticides, accessoirement par le frelon asiatique. Nous avons donc relayé bénévolement sa campagne internet...". Vivarais Communication croit en l'Ardèche, aux transformations ancestrales du porc en charcuteries, du lait de chèvre ou de vache en fromages, des marrons en crèmes de marrons, des fruits en confitures.

Le savoir faire ancestral des producteurs Ardéchois

Du côté d'Ardèche le goût, l'association, aidée financièrement par le département, essaye d'accompagner les entreprises de transformation agroalimentaires ardéchoises, en faisant connaître leurs productions uniques, leurs démarches de qualité, et les producteurs locaux. Car en Ardèche, les agriculteurs souffrent.

Pas seulement en raison de la sécheresse de l'été. Non seulement, le ministre de l'Agriculture de François Hollande a refusé le moindre euro à l'apiculture, mais en plus, comme l'affirme un responsable agricole, "la nouvelle gouvernance du sanitaire" a aggravé une situation déjà préoccupante pour certains acteurs de l'économie rurale.

Pilotée par Philippe Costet, un agriculteur du Nord Ardèche, longtemps président de la Fédération des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) et par Raphaël Pommier et Stéphane Teyssier, Ardèche le goût a su développer les partenariats, à l'image de celui conclu avec le Lycée des métiers de l'hôtellerie et de la restauration innovante de Largentière. La structure est aussi écoutée par les élus régionaux et départementaux, et Isabelle Masseboeuf, conseillère régionale, et Laurent Ughetto, président du Conseil départemental, ont annoncé leur participation aux travaux de ce lundi. Et, dans une tradition bien Ardéchoise, les débats seront clôturés par une dégustation des meilleurs spécialités de ce département rural et touristique.