Paris a, de nouveau, été frappé par un attentat terroriste, dans la soirée du 12 mai, comme le révèlent, ce matin, de nombreux médias français, qui titrent attentat au couteau a paris l'assaillant est né en Tchétchénie. Alors que les bars et restaurants étaient bondés, dans le deuxième arrondissement de Paris, samedi soir, un homme a attaqué les passants au couteau, en criant Allah Akbar. Selon des sources judiciaires, jointes ce jour, par téléphone, "L'homme était véritablement déchaîné. En quelques minutes, cet homme, qui voulait semer la terreur, a grièvement blessé quatre personnes, et a été neutralisé par le tir de plusieurs policiers présents".

En marge de ces faits bruts, une minutieuse enquête vient de démarrer, à l'initiative du parquet anti-terroriste de Paris et des policiers de la sécurité intérieure, qui tentent de déterminer le parcours de ce terroriste. Les enquêteurs, qui ont saisi les téléphones et matériels informatiques de la famille de Khamzat Azimov, veulent découvrir comment l'organisation terroriste Daech a pu recruter ce combattant en plein Paris. Selon une source judiciaire proche du dossier, on sait que ce jeune Tchétchène est né le 1 er novembre 1997.

Il avait passé son baccalauréat à Strasbourg, dans le Bas-Rhin, où il a vécu plusieurs années avec sa famille. Cette dernière s'était installée il y a peu de temps dans la région parisienne. Khamzat Azimov a été naturalisé français en 2010, malgré une fiche S. "Il avait des liens avec un homme dont la femme est partie combattre en Syrie" précise un commissaire de police, proche de l'enquête, joint par téléphone ce dimanche 13 mai 2018, et qui souhaite conserver l'anonymat.

Depuis 2015, 246 français ont été tués lors d'attentats terroristes

Cette attaque au couteau, par un combattant de Daech d'origine Tchétchène, est la première du genre en France. Jusqu'à présent, aucun Tchétchène ne s'en était "pris" à la France, alors que plusieurs Tchétchène ont perpétré des attentats aux Etats-Unis, notamment à Boston. Dans un tel contexte, les réfugiés politiques Tchétchènes ne faisaient pas l'objet d'une surveillance particulière en France.

L'homme avait néanmoins été entendu, en avril dernier, par la police, dans le cadre d'une procédure judiciaire, information révélée par le même commissaire de police proche de l'enquête.

L'attentat de Paris, le 12 mai, porte à 246 le nombre de victimes recensées sur le sol français depuis 2015. Il relance la question de la sécurité des français dans les lieux publics et l'efficacité des services de renseignements intérieurs et extérieurs (DGSE). Dans une France où un lieutenant colonel de gendarmerie se masturbe dans le metro, [VIDEO] , où la bataille du rail se poursuit les 13 et 14 mai, [VIDEO] l'attaque terroriste de Paris, au cours de laquelle un homme de 29 ans a été tué, quatre autres personnes grièvement blessées, suscite un choc au sein de l'opinion publique.

Ne manquez pas notre page Facebook!