Ces faits extrêmement graves se sont déroulés fin avril et n'ont pas été révélés par les chaines de télévision et les radios du service public. C'est le quotidien "Le Parisien Aujourd'hui en France" qui a dévoilé ce fait divers, en titrant Asnières-sur-Seine et Hauts de Seine : le lieutenant colonel de gendarmerie se masturbait dans le metro . "Si l'acte est hélas trop courant dans le métro" selon un commissaire de police parisien, proche de l'enquête, joint par téléphone, mais qui a souhaité conserver l'anonymat, "l'officier supérieur de gendarmerie, âgé de 58 ans, très connu, a été présenté au Parquet de Nanterre, et il comparaîtra devant le tribunal correctionnel dans les prochains mois".

Un magistrat, proche du dossier, a confirmé les faits. C'est la première fois qu'un haut gradé de la gendarmerie nationale est arrêté pour des faits d'exhibition sexuelle dans le métro, selon la même source. Par contre, des personnalités politiques ont déjà été interpellées pour des faits similaires, à l'image de l'eurodéputé Robert Rochefort, vice-président du Modem, qui avait été appréhendé, en septembre 2016, alors qu'il se trouvait dans un Castorama de Vélizy (Yvelines) lorsqu’une personne l’a surpris, le sexe sorti du pantalon, en train de se masturber devant deux enfants.

L'officier supérieur de la gendarmerie a été suspendu

C'est une passagère de la ligne 13, indignée par ce qu'elle visionnait, qui a prévenu la police à l'aide de son téléphone portable.

Une seule passagère, sur plusieurs dizaines de passagers, a réagi et a donné l'alerte. Si on connaît aujourd'hui l'identité du lieutenant colonel de gendarmerie concerné (non révélée dans notre article pour préserver sa famille), il nous a été confirmé que l'officier supérieur de la gendarmerie a subit une série d'examens psychiatriques pendant sa garde à vue.

Les résultats n'ont pas été communiqués aux journalistes enquêtant sur cette affaire contraire aux bonnes mœurs.

Dans une France toujours alarmée et tétanisée par le terrorisme, où la Ministre de la justice se transforme en "moine-soldat" de l'anti-terrorisme, où beaucoup de citoyens se demandent si nos mesures anti-terrorisme constituent un arsenal législatif adapté , où les gendarmes sont considérés, par une majorité de français, comme un rempart censé les protéger contre les dérives criminelles, sexuelles, etc, le geste de ce lieutenant colonel risque de faire douter de nombreux citoyens.

La direction générale de la gendarmerie a suspendu l'officier supérieur de ses fonctions, en attendant la sentence du tribunal correctionnel.

Suivez la page Femmes
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!