Afin de contrer les violences sexuelles, l'entreprise Tulipan, basée en Argentine, vient de créer un préservatif qu'il est impossible d'ouvrir sans que les deux partenaires aient appuyé simultanément sur des points de pression situés de chaque côté du packaging.

À l'heure où les langues se délient enfin et où témoigner que l'on a été victime de viol ou d'agression sexuelle est de moins en moins tabou, ce nouveau produit rappelle que le plaisir n'est accessible qu'à la seule condition que les deux partenaires aient tous deux consenti à avoir un rapport.

Prévenir les violences sexuelles

Forte de slogans choc : "Tout est permis en matière de sexe, à une seule condition : le consentement" et "si ce n’est pas un oui, c’est un non", la marque Argentine a à coeur de dénoncer les violences sexuelles toujours plus nombreuses.

Si ce préservatif ne pourra hélas pas empêcher un viol, son fonctionnement rappelle, à chaque utilisation, qu'aucune relation sexuelle ne saurait avoir lieu sans consentement. Les préservatifs de la marque Tulipan sont distribués gratuitement dans de nombreux lieux de sortie de Buenos Aires dont les bars et boîtes de nuit où ils font déjà beaucoup parler d'eux.

Ils devraient ensuite être mis en vente dans tout le pays. Pour rappel, une récente étude argentine montre que 42% des Femmes du pays ont été victimes de violences sexuelles. Ce chiffre intolérable a été pris en compte par le gouvernement qui en fait désormais l'une de ses préoccupations majeures.

Viols et agressions sexuelles, des chiffres alarmants

En France, les chiffres des violences sexuelles ont bondi en à peine deux ans.

Ne manquez pas les dernières informations!
Cliquez sur le sujet qui vous intéresse le plus. Pour ne rien manquer, nous vous tiendrons informé des dernières informations sur le sujet.
Femmes

Ainsi, en 2017, 265 000 personnes estimaient avoir été victimes de ces violences « hors ménage », c’est-à-dire que ces dernières n'étaient pas commises par leurs conjoints.

93000 personnes déclaraient également avoir subi un viol ou une tentative de viol. Après le mouvement #metoo, et dans un contexte de libération de la parole, les victimes de viols et de violences osent enfin révéler leurs souffrances.

Hélas, le taux de plainte reste encore beaucoup trop bas puisque seulement 12% des victimes ont franchi la porte d'un commissariat.

Si l'on estime aujourd’hui qu’une femme sur cinq et un homme sur soixante et onze sont violés à un moment de leur vie, il est nécessaire de rappeler que plus de la moitié des femmes victimes confient avoir été agressées par leur conjoint. Évidemment, un préservatif à ouvrir à quatre mains ne changera sans doute pas grand-chose à ces chiffres alarmants, mais cette initiative aura le mérite de rappeler que le sexe est inenvisageable sans consentement.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite