La situation est devenue intenable pour le ministre de la transition écologique François de Rugy. "Trop d'abus lorsqu'il était président de l'Assemblée Nationale", précise une députée LREM de la Drôme, jointe par téléphone. Des dîners hors de prix, pour ses amis et les amis de sa femme, avec des homards géants et des vins de grands crus à 550 ou 2 200 euros la bouteille. De nombreux journalistes étaient invités à ces agapes, à l'image du chroniqueur Jean-Michel Apathie.

Comme l'ont révélé Mediapart et le Canard Enchaîné, François de Rugy "utilisait l'Assemblée Nationale comme un grand hôtel-restaurant". Lors de son mariage avec Séverine Servat, journaliste au magazine Gala, en décembre 2017, François de Rugy a organisé le déjeuner du mariage à l'Assemblée Nationale, aux frais du contribuable.

François de Rugy tué par la presse ?

A peine nommé ministre, François de Rugy a fait effectuer plus de 67 000 euros de travaux dans son appartement privé au ministère. Toujours aux frais des contribuables. Depuis de nombreuses années, il bénéficiait d'un HLM dans la banlieue de Nantes, où il recevait ses enfants pendant les vacances. Pour se défendre, le ministre de la transition écologique a présenté, sur son compte facebook des documents relatifs à ce bien, loué 662 euros. Sa version n'aurait pas convaincu grand monde.

Contactée par téléphone, ce mardi 16 juillet 2019, une collaboratrice du cabinet du ministre, qui souhaite conserver l'anonymat, confirme la démission de son patron, "en raison, précise-t-elle des nouvelles révélations de Médiapart de ce matin… Pas d'autres commentaires".

Un nouveau coup dur pour le gouvernement

A l'heure où nous bouclons cet article, la porte-parole du gouvernement confirme que la démission a été acceptée par le premier ministre Edouard Philippe et par le président de la République Emmanuel Macron.

Pour un observateur avisé, "c'est un nouveau coup dur pour le gouvernement, avec la démission du numéro 2 du gouvernement, et après les démissions de Nicolas Hulot, de Gérard Collomb, de François Bayrou et des ministres Modem….".

Dans une France marquée par des scandales alimentaires qui ponctuent régulièrement l'actualité, comme la mayonnaise à l'huile de moteur et l'absence de suites judiciaires pour les enseignes concernées, ou après les ventes annoncées par Arnaud Lagardère qui brade ses titres phares à un groupe tchèque, on assiste à des prises de positions médiatiques de la part de nombreuses associations, soucieuses de se faire entendre dans les médias.

Dans le dossier de Rugy, Mediapart et son directeur Plenel n'ont jamais lâché l'ancien président de l'Assemblée Nationale ces dernières semaines, en offrant, jour après jour, à leurs lecteurs des éléments nouveaux sur ce dossier sensible pour le gouvernement et le pouvoir exécutif.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite