Mardi et mercredi, pas moins de 21 titres continentaux seront réunis à Turin et Barcelone.

En demi-finales aller, la Juventus et le Barça affronteront respectivement le Real Madrid et le Bayern Munich.

Parmi ces poids lourds du football européen, seuls 2 d'entre eux auront le privilège de rejoindre le Stade Olympique de Berlin pour la grande finale de la Champions League, prévue le samedi 6 juin prochain.

Une domination sans partage des 3 gros

Depuis la saison 1998-1999 et sa réforme de la compétition, l'UEFA a privilégié de façon nette les dauphins des meilleurs championnats continentaux, aux dépens des champions des petits pays.

Ainsi, la logique inexorable de l'apparition d'une ligue fermée, suite à ces modifications, ne fait que croître année après année en faveur des clubs les plus fortunés.

Publicité

En effet, si l'on compte l'édition actuelle, la nouvelle formule de la C1 a présenté 17 crus pour le moins semblables.

A eux seuls, le Bayern, le Real, et le Barça, comptent 27 apparitions (!) dans le dernier carré, ce qui nous amène à la statistique colossale de 40% de présence de l'une de ces trois équipes en demi-finales, depuis les choix cruciaux effectués par les instances européennes du football.

De 1999 à 2014, ce Big Three a par ailleurs glané la bagatelle de 8 victoires finales sur 16 possibles.

Il vampirise donc 50% des sacres continentaux à lui seul, preuve d'une homogénéité de la compétition qui n'est pas prête de changer.

Les chiffres sont tout aussi marquants lorsqu'il s'agit de présenter les finalistes depuis 1998-1999.

Sur 16 finales disputées et 32 finalistes, on retrouve les Bavarois, les Merengues, et les Blaugranas, a 10 reprises lors du dernier match, soit 31% de présence.

Ainsi, lorsque vous commencerez à regarder avec plaisir la Ligue des Champions au mois de septembre prochain, vous saurez qu'il y a plus d'une chance sur trois de revoir l'une des 3 multinationales dominantes au Stade San Siro de Milan, le 28 mai 2016, dans la cadre de la finale de la soixante et unième édition de la compétition.

Publicité