Il y a bientôt un an, Rafael Nadalobtenait son neuvième titre à Roland Garros face à un NovakDjokovic dépité de perdre contre lui à Paris pour la sixièmefois. Mais cette année les choses ont changé. Et l'Espagnolarrivera sur cette terre battue hors du Top 4 mondial. Le Majorquin aperdu cinq fois sur son terrain de prédilection lors de cette saison2014-2015. Il n'aura remporté qu'un seul petit titre sur cette surface, à Buenos Aires, en février dernier.

Nadal peut-il encore espérer gagner ?

Rafael Nadal a le désavantage majeurde ne pas faire parti des têtes de série, ce qui pourrait leconfronter à de grands adversaires tels que Federer ou Djokovic, suivant le tirage au sort, dès les quarts de finale.

C'est lapremière fois de sa carrière que l'Espagnol, âgé de 28 ans, va aborder letournoi de la porte d'Auteuil sans avoir gagné un titre en Masters1000 durant la saison. Devant les contre-performances, il n'est pasconsidéré comme étant le grand favori de ce tournoi par lesexperts, et cela excite les pronostiqueurs. Çà et là, nombred'articles suggèrent déjà la défaite du "Roi Nadal" sur sa terrechérie. Les blessures consécutives, les défaites successives pourraient avoir raison de son moral.

Mais déjà le joueur philosophe surses mésaventures, il n'avait pas l'attention de remporter RolandGarros quinze fois : « Ce n'est pas la fin du monde sije perds. »

Il se veut optimiste même, et certainsspécialistes lui donnent raison.

Son jeu s'améliore dernièrement,même s'il semble encore loin d'avoir récupéré ses meilleurs coupdroits liftés. L'homme de tous les records est, par ailleurs, bienattendu par ses adversaires. Novak Djokovic estime qu'il doit faire partides quatre premières têtes de série, et Stanislas Wawrinka, quil'a "descendu" en quart de finale à Rome, le voit malgré tout commele favori de ce tournoi avec le Serbe, numéro un mondial.

Puis, Roland Garros a la réputationd'être un tournoi particulier pour les joueurs.

Maudite pour PeteSampras, John McEnroe, Jimmy Connors, Stephan Edberg ou Boris Becker,la terre parisienne réussit traditionnellement bien aux Espagnols. Les Français, quant à eux,  ne sont pas nombreux à avoir remporté ce tournoi. Depuis 1925,seuls les cinq joueurs que sont Henri Cochet, René Lacoste, JeanBorotra, Marcel Bernard et Yannick Noah, et cinq joueuses SuzanneLenglen, Simone Mathieu, Nelly Landry, Françoise Dürr et MaryPierce (qui était bien Française cette année là), ont sus'imposer sur cette terre ocre. Parité respectée !

Nadal en perte de vitessesaura-t-il soulevé à nouveau la Coupe des Mousquetaires ?

D'autres grands noms que l'onn'attendait plus au plus haut niveau ont su déjouer toutes lesstatistiques. Un exemple probant, s'il en est un, la victoire en 1999de Steffi Graf. Après presque deux années de blessures au dos etaux genoux, et les inculpations de son père accusé d'avoir détournéune partie de la fortune de sa fille, c'est très difficilement quela joueuse remonte le classement cette année-là.

Et Roland Garrosarrive. Elle terrasse successivement les premières têtes de listeque sont Lindsay Davenport et Monica Seles, pour affronter en finale la mal-aiméeMartina Hingis, numéro un de l'époque. La Suissesse et son maladroitservice cuillère, hommage à Michael Chang, n'arrivent pas à faireplier l'Allemande soutenue par la ferveur d'un public acquis à sacause dans une ambiance survoltée. Car l'élément qui peut faire ladifférence sur un terrain de Roland Garros, est bien l'implicationdu public pour un joueur.

Et qu'on le veuille ou non, le chouchou dela porte d'Auteuil cette année encore, celui que le public attend depied ferme, reste bien le "Roi Nadal". Alors, sera-t-il aurendez-vous ? Réponse à partir du 24 mai prochain.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite