La commission disciplinaire de l'UEFA va étudier le match Paris Saint-Germain - Bayern Munich, ces derniers reprochant au club parisien l'organisation du match contre le Bayern Munich (3-0), le 27 septembre. Trois reproches formulées par l'instance européenne est mis en avant, avec, pour le premier, « encombrement des escaliers», le second, «allumage et jets de fumigènes», le troisième concerne davantage l'organisation générale de l'équipe et les horaires à respecter. Si la victoire face au Bayern Munich au Parc des Princes [VIDEO] a été écrasante (3-0), il n'en demeure pas moins que le retard des hommes de Unai Emery, après la mi-temps, au retour des vestiaires, aurait été supérieur à une minute, est donc pointé du doigt.

Les hommes du coach Emery ont ainsi attendu Neymar, Cavani et leurs coéquipiers, pour le coup d'envoi de la seconde période. Par ailleurs, la commission de discipline de l'UEFA se tiendra le 19 octobre. Et ce n'est pas la première fois qu'il y a eu des sanctions envers le club de la capitale française, puisqu'en 2013-2014, 10 000 euros avait été réclamé au Paris Saint-Germain pour des fautes similaires, notamment sous le règne de Laurent Blanc, où le Paris Saint-Germain [VIDEO] avait été sanctionné pour un manque de ponctualité lors des match des poules, ajoutée à une peine commuée en un match avec sursis après appel. Ce n'est donc pas pour le fair-play financier que l'UEFA a décidé d' » enquêter » sur le club de la Ville-Lumière, mais pour d'autres fautes.

L'affaire Al-Khelaïfi

Si on ajoute à cette affaire, celle, depuis jeudi, qui agite le web également, l'affaire de corruption de Al-Khelaïfi, cela fait beaucoup d'éléments en défaveur du Paris Saint-Germain.

En effet, cette affaire de corruption, même si les dirigeants du club parisien sont sereins, risque également de porter un coup dans l'aile d'un des grands clubs européen. Nasser Al Khelaïfi et Jérôme Vacke, sont suspectés par le le ministère public de la Confédération helvétique concernant l'attribution des droits TV des Coupes du monde 2026 et 2030 par la FIFA à beIN SPORTS Media Group. Les sponsors du club de la capitale française pourraient être échaudés par toute cette affaire, accumulés aux autres affaires. Cela fait beaucoup, surtout qu'il faut également rester dans les clous du fair-play financier, au vue des sommes colossales dépensées pour recruter des stars XXL, notamment, Neymar et Kylian Mbappé.