Il était censé prendre la sucess story de Sir Alex Ferguson. En échec que ce soit avec David Moyes et Louis Van Gaal après la retraite du technicien emblématique de Manchester United, le club avait décidé en 2016, de s'offrir l'un des meilleurs entraîneurs de la planète, José Mourinho. Finalement, l'histoire d'amour entre les deux parties aura pris fin ce 18 décembre 2018. Dans un communiqué, les Red Devils ont annoncé que le Special One avait quitté ses fonctions avec effet immédiat. Il est précisé qu'un entraîneur intérimaire (Michael Carrick est le favori) prendra la suite jusqu'à la fin de la saison.

Publicité

Une issue inéluctable pour Mourinho

Avec une Ligue Europa remportée en 2017, ou encore la Coupe de la Ligue anglaise la même année, José Mourinho aura certes ramené deux nouveaux trophées dans les vitrines d'Old Trafford, mais le style de jeu prôné par l'ancien du Real Madrid et Chelsea n'a jamais fait l'unanimité. Bien au contraire. Comme coincé à son époque avec les Nerazzurri, le Mou n'a jamais proposé un système alléchant, ce que de nombreux consultants ou anciennes gloires du club lui ont largement reproché.

L'élimination en 8e de finale de la Ligue des champions l'an passé face à Séville avait été très mal perçu en Angleterre. Depuis, il n'a jamais semblé être en en mesure de redresser la barre malgré une seconde place acquise la saison dernière... mais à 19 points du champion, Manchester City. Cette année, MU végète à une piteuse 6e place, à onze longueurs de la Ligue des champions, soit le pire départ depuis 1990. La dernière défaite ce week-end face à Liverpool (3-1) aura donc été celle de trop pour Mourinho qui prendra néanmoins un joli pactole de 27 millions d'euros, lui à qui il restait un an et demi de contrat.

Publicité

Le PSG doit encore plus se méfier

Si l'issue finale ne semblait plus faire de doutes, le timing pose question, 24 heures après avoir tiré le PSG pour les 8e de finale de C1. En renvoyant le coach portugais, les dirigeants mancuniens espèrent créer un électrochoc à moins de deux mois d'un match aller face aux Parisiens. L'emprise de Mourinho sur le jeu et ses joueurs était telle qu'une issue favorable contre Paris aurait eu des airs de miracle. Certains éléments comme Alexis Sanchez et surtout Paul Pogba, dont la relation avec Mourinho était volcanique, vont peut-être revivre sous les ordres d'un entraîneur qui ne les bridera pas.

On le dit souvent, la vérité de décembre n'est pas forcément celle de février, et cette équipe de Manchester United pourrait être le parfait exemple. Pour rappel, Chelsea avait remporté la Ligue des champions en 2012 en licenciant son entraîneur, André Villas-Boas, en cours de saison. De quoi donner des idées à l'état-major des Red Devils.