Qui aurait pu penser voir des telles images de chaos au sein d'un club de Football professionnel en France ? Pourtant, cet après-midi, tous les yeux des fans du ballon rond étaient braqués à Marseille et plus précisément à la Commanderie, où des dizaines de supporters phocéens ont pris d'assaut le centre d'entrainement du club.

Désabusés par la direction que prend le club et par les comportements de certains joueurs, notamment des cadres de l'équipe, les fans marseillais n'ont pas eu d'autres choix que de se regrouper pour demander des changements immédiats.

Et, un homme était plus visé que d'autres, il s'agit de Jacques-Henri Eyraud, le président de l'Olympique de Marseille.

Ce qu'il s'est passé à l'intérieur de la Commanderie

Ce samedi 30 janvier 2021 va certainement marquer l'histoire de l'un des clubs les plus prestigieux de France et fera probablement office de date de renouveau de l'Olympique de Marseille. Alors que pendant toute la matinée, les supporters phocéens se sont attelés dans toute la ville à mettre des bâches et des banderoles hostiles à l'encontre du club et plus particulièrement de Jacques-Henri Eyraud, la situation a vite dégénéré à l'approche du centre de formation de l'OM.

Après avoir commencé à jeter des pétards, lancé des fumigènes par dizaines , par-dessus les grilles, une partie des fans présents dans le cortège s'est introduite au sein du centre.

Ces individus qui étaient cagoulés, ont perpétré des actes de violence et ont cassé des vitres, selon des témoins présents. Parmi eux, quelques supporters ont même réussi à s'introduire dans les vestiaires et ont mis le feu à des cyprès à l'intérieur du site. Malgré une présence policière (trop légère selon les responsables du club), les fans ont réussi leur coup de force.

Par ailleurs, alors que des renforts des forces de l'ordre étaient arrivés, des supporters marseillais se sont cachés un peu partout et surtout là ou il pouvait : dans les arbres, dans les champs, les buissons ou bien dans les ruelles non loin du centre d'entrainement.

De son coté, le club déplore des dégâts matériels. D'ailleurs, le choc de la 22e journée de Ligue 1 face à Rennes a été bien entendu reporté à une date ultérieure.

Les joueurs de l'OM 'effrayés' selon les témoins

D'après les témoignages recueillis par les médias français, ces supporters visaient plus particulièrement Jacques-Henri Eyraud. Mais ce dernier, non-présent sur les lieux (ou bien ne s'est-il juste pas montré) a échappé au lynchage, au contraire des joueurs marseillais, que des témoins ont vu 'effrayés' à la suite de cet envahissement.

Cependant, le président de l'OM, n'était pas la seule cible de ces fans, puisqu'un assaillant aurait déclaré que "si Payet était sorti il se serait fait violenter", car "les Marseillais ne supporteraient plus son attitude de starlette".

Si le premier responsable du club et le milieu de terrain français étaient les deux cibles de ces individus, c'est pourtant Alvaro Gonzalez, le défenseur espagnol des Olympiens, qui a reçu un projectile.

D'ailleurs, c'est cet incident qui a mené au report de la rencontre au sommet du championnat entre l'Olympique de Marseille et Rennes.

Les internautes réagissent au coup de force des Marseillais

Des observateurs du football, à l'instar de Pierre Ménès, ont condamné cet envahissement et ont réagi sur les réseaux sociaux.

"On peut me raconter ce qu’on veut colère légitime et tout mais ce qui se passe à Marseille est inadmissible et l’image laissée parce ces supporters terni l’image du club. Et qu’on ne me parle pas de passion. On ne frappe pas les gens par passion", a écrit le consultant du Canal Football Club sur Twitter.

"Environ 400 personnes, je n'associe pas ça a mon club ! Jamais de la vie !"..."Une minorité qui fait du mal au club !", ont écrit des supporters de l'OM.

Suivez la page OM
Suivez
Suivez la page Football
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!