Le réalisateur français, Luc Besson, a présenté son nouveau filmà Paris hier après-midi, dans un cinema plein à craquer, mais, ehbien oui - il y a un mais - parce que les fans, accourus au GaumontOpéra du IXe arrondissement de la capitale pour assister à laprojection de Lucy ont été plutôt déçus. En cause le peu demots que le cinéastes auraient utilisé pour illustrer sonlong-métrage. Que cinq minutes de performance qui se sont faitremarquer par le spectateurs prêts à recevoir bien d'autre accueilpour l’introduction en France du blockbuster qui a déjà récolté58 millions de dollars de recettes aux États-Unis.

Plus que le beau visage de l'actrice américaine ScarlettJohansson, blonde fatale dans le rôle de protagoniste, les présentsattendaient probablement bien plus de chaleur et de passion de celuiqui l'a dirigé sur le plateau. Il faut pas oublier que Besson est undes réalisateurs phares de sa génération et aussi une fierté pourla France entière et ses concitoyens étaient peut-être un peu tropchargés expectatives.

Besson est arrivé peu avant la projection dans lesapplaudissements de la foule en délire pour sa présence et s'estlimité à sourire et à remercier.

Puis, il à joué de l'humour endéconseillant à quiconque de quitter la salle (même pas pour alleraux toilettes) pendant la première demi-heure du film, la plusimportante pour en comprendre le déroulement. Une manœuvre qui asuscité quelque rire mais qui n'a pas suffit à assurer grand monde.Il a donc continué sur le même ton décontracté en parlant de lathématique du film, l'intelligence et son usage.

Un argument fort intéressant qui aurait demandé un peu plusapprofondissement, vu que Besson a déclaré, pendantd'autres interviews, d'avoir travaillé sur le film pendant le dixdernières années. Et s'il a quitté les lieux en souhaitant un'bon voyage' à l'assemblée il n'est pas revenu pour commenter àchaud, une absence de poids qui à été bien remarqué. Après 1h30d'images certains fans ne cachaient pas leur déception, passpécialement pour le film, mais surtout pour le manque de convictionde son auteur.

Derrière cette performance peut-être un peu trop d'assurance dûeau grand succès au box-office américain? Pas si sûr. En tout cas, lematin d'hier le réalisateur s’était déjà prêté au jeu desquestions-réponses devant les 640 spectateurs du Cinéma UGC CitéCiné Les Halles et donc la malheureuse exposition de l’après-midipourrait dériver d'une mauvaise organisation. En tout cas, le verdictfinal des entrées ne tardera pas à tomber.

Ne manquez pas notre page Facebook!