De passage à Clermont-Ferrand aujourd'hui pour une démonstration culinaire, Adel Dakkar, tout sourire, a pris quelques minutes sur son agenda surchargé pour revenir avec nous sur son expérience dans le concours Top Chef d'M6. Le cuisinier originaire de Gannat (03) a pu retrouver sa famille et le public auvergnat qui l'a soutenu tout au long de son beau parcours dans la compétition.

Publicité
Publicité

Blasting News : Adel, vous êtes de retour chez vous en Auvergne, après votre élimination malheureuse du concours Top Chef, lundi dernier. Ce retour aux sources doit vous faire du bien ?

Adel Dakkar : Oui ça fait plaisir ! Le retour aux sources était essentiel à ce moment-là, la défaite a été dure à encaisser, mais retrouver les siens, ses proches et être aujourd'hui à Clermont, ça rebooste et ça remotive. Je vois que tout le monde est content et fier de moi donc ça me fait plaisir.

Adel en pleine démo culinaire à Clermont-Ferrand.
Adel en pleine démo culinaire à Clermont-Ferrand.

C'est une défaite, certes, mais vous êtes parti la tête haute quand même ? (Ndlr : Adel a été éliminé malgré un coup de cœur du chef Hélène Darroze pour son plat en dernière chance. )

Oui je pars sur une défaite et une victoire en même temps ! C'est dure à encaisser, il y a un peu d'amertume, mais c'est le jeu ! Il faut savoir gagner et il faut aussi savoir perdre !

Est-ce que vous avez eu un petit sentiment d'injustice sur la dernière épreuve, quand le Chef Yannick Alleno ne vous a pas laissé refaire votre recette, contrairement aux autres candidats qui ont eu un délai pour réajuster leurs plats ?

C'est le jeu, c'est la compétition !

Publicité

Yannick Alleno, c'est mon chef actuellement à Courchevel, c'est un chef exigeant qui veut la perfection, et je n'ai pas été parfait ce jour-là ! C'était logique que j'aille en dernière chance.

Sur cette épreuve avec le chef Alleno, on ne vous a pas senti aussi bien que d'habitude, vous aviez l'air très très stressé !

Oui, il m'a mis une grosse pression sur les épaules, injustifiée parfois, mais bon,... cette pression, elle aurait dû me rendre plus fort !

Vous avez quitté la compétition aux portes des quarts de finale. Parmi les quatre candidats toujours en lice (Olivier, Xavier, Florian, Kevin), qui pourrait être le gagnant, selon vous ?

Sur les quatre qui restent, moi je mise sur Olivier, parce qu'Olivier c'est un grand Monsieur et il a un cran d'avance en cuisine sur les autres candidats. Pour moi, il a les forces pour aller jusqu'au bout !

Il y a aussi Xavier, très étonnant à tout juste 19 ans. Est-ce que ça fait un peu mal d'être battu par un petit jeune encore apprenti ?

Nooon !

Publicité

C'est un concours ! Après si Xavier gagne Top Chef, c'est qu'il aura tout donné pour ! Dans un concours, peu importe l'âge, l'expérience ou le parcours qu'on peut avoir. Julien Machet a une étoile au guide Michelin, je suis allé manger chez lui, c'était magnifique ! Et pourtant il s'est fait éliminer très tôt dans la compétition. Xavier a 19 ans, certes, mais est-ce qu'il pourrait faire tourner un restaurant comme le fait Julien ?

Maintenant que l'aventure Top Chef est terminée, est-ce que vous avez des projets chez vous en Auvergne ?

Non pas en Auvergne actuellement, pour l'instant j'ai envie de me recentrer un peu sur moi-même, me remettre en question...De toute façon, je veux prendre mon temps, ne pas brûler les étapes, faire les choses dans l'ordre, on verra à l'avenir ce que l'Auvergne me réserve !

Publicité

Lire la suite