Le monde de la mode déplore la perte d'Azzedine Alaïa, grand créateur de haute-couture. Ce dernier est mort le samedi 18 novembre d'une crise cardiaque, à Paris.

Azzedine Alaïa est né en 1940 à Tunis, il fut élevé par sa grand-mère, une femme libre à fort caractère. Il s'inscrivit aux Beaux-Arts et partit au début des années 1950 pour Paris. Après avoir travaillé pour les maisons Dior et Guy Laroche il se constitua sa propre clientèle. Ce n'est toutefois qu'en 1980 qu'il crée sa propre maison de couture Alaïa.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Télé-réalité

Toujours à la recherche de la perfection d'une coupe ou de la rareté d'une maille, il restait toutefois discret. Il donnait peu d'interviews préférant laisser parler son oeuvre pour lui ou pour les femmes.

Alaïa : Quel univers ?

Azzedine Alaïa a toujours été à l'écart des systèmes de mode, il a toujours défendu son indépendance dans son travail et dans sa vie. Son style est sculptural, anatomique, sophistiqué et féminin. Un style qui correspond tout à fait à la femme conquérante des années 80. Il est à l'origine de certaines images iconiques de la mode aujourd'hui. Notamment celle de Jesse Norman en 1989, qui chantait pour le bicentenaire de la Révolution française.

Il révéla le mannequin Naomi Campbell. Celle-ci fut "adoptée" par Alaïa alors qu'elle n'avait que 15 ans et elle devint la muse du couturier. Elle déplora ainsi la mort de son ami et de son "papa". C'est elle qui ouvrit le dernier défilé du couturier lors de la Fashion Week à Paris en juillet. Après six longues années d'absence, Alaïa revint sur le devant de la scène avec une collection automne/hiver 2018 qui eut un grand succès.

Top vidéos du jour

Malgré le calendrier serré des collections, il s'en est toujours affranchi et il allait à son rythme. Il le répétait à toutes les personnes lui posant des questions sur ces prochaines collections: "elle sort quand elle est prête". Cependant ça vaut le coup d'attendre six années. On retrouve dans ces robes sa formation de sculpteur des Beaux-Arts, ci-bien que certaines critiques le surnommèrent le "sculpteur du corps féminin". Lors de ce défilé le premier rang était bien garni de Donatella Versace à Kanye West.

Le couturier atypique a plusieurs fans qui le définissent comme le dernier grand couturier, parmi eux : Michelle Obama ou encore Lady Gaga, qui a sorti son dernier opus récemment.

Azzedine Alaïa avait une vision universelle du corps de la femme, il disait même dans une de ces rares interviews, au Monde, que ce sont les "femmes qui lui ont tout appris". Le monde de la mode n'est pas prêt d'oublier ce créateur unique en son genre.