La Maison royale de la Monnaie Espagnole. Le plus gros braquage jamais commis. Des milliards d'euros de casse. Voilà le pari fou imaginé par Alex Pina, notamment connu pour son drame romantique Trois mètres au dessus du ciel sorti en 2010 et sa suite en 2012. Changement total de style donc, puisqu'il s'agit ici d'un thriller psychologique des plus entraînants.

Le concept

8 braqueurs experts en leur domaines, réunis pendant des mois par un homme talentueux se faisant appeler "Le Professeur", qui a minutieusement élaboré le vol du siècle. Chaque détail est compté et préparé. Mais même les plans les plus parfaits trouvent toujours une faille et rien ne se passe alors comme prévu.

S'en suit un long duel acharné avec la police, menée par la perspicace Raquel Murillo. Deux forces d'esprit en opposition jusqu'à ce que le plus faible craque en premier. Chaque épisode est une bombe de rebondissements ...

Un succès inespéré

Sortie en décembre 2017, c'est la mini série que personne n'attendait. Et pourtant, en un mois, la voilà classée en première place des séries les plus regardées actuellement selon le site Allo Ciné, et récolte 98% de recommandations sur Google. Contrairement aux grosses séries américaines du moment (Stranger Things, Riverdale ...) la production est ici espagnole et les acteurs inconnus au bataillon. De nouvelles révélations peut être car le casting en séduit plus d'un. Beaucoup sur les réseaux sociaux comparent déjà l'intelligent Professeur au célèbre Michael Scofield de Prison Break, ce qui suscite évidemment de nombreux débats.

Mon avis

Même si comparer l'indétrônable Michael Scofield au Professeur me semble un peu poussé, cette série est un réel coup de coeur qui a tout pour plaire:

  • La critique de la société actuelle : les rôles sont inversés et ce sont les braqueurs -qui se jouent d'un système injuste envers les pauvres- qui ont l'opinion publique avec eux et non la police. De quoi se poser des questions ...
  • On ne s'ennuie jamais. La série est pleine de rebondissements et nous tient en haleine de la première à la dernière seconde. Le genre d'épisodes où l'on ne peut pas s'empêcher de regarder automatiquement le suivant et de tous les finir en une journée ou deux.
  • Bien qu'inconnu, le casting est rempli de talent. On adore même les personnages les plus détestables. En espérant les revoir dans d'autres séries.
  • Ce genre de scénario où chaque détail compte : on ADORE !

Le seul défaut ? La tristesse de savoir qu'il n'y a que deux saisons à regarder. Trop court. Quand on aime, on en veut toujours plus...

Il ne reste plus qu'à attendre le 6 avril pour la sortie en français de la saison 2 ! #Netflix #La casa de Papel #Séries TV