Depuis de nombreuses années, l'Europe demande aux géants d'internet d'agir contre le terrorisme et les apologies haineuses disponibles en ligne :

  • Vidéos
  • Images
  • Texte jugé incitateur

Rien n'était fait. Puis la Grande-Bretage a été victime le 03 juin 2017 de l'attentat du London Bridge faisant suite aux attentats de Paris. Les relations GB / USA sont bonnes : si bonnes que #Facebook le 15 juin 2017 puis #Google le 18 juin 2017 se sont enfin mis à bouger.

Une série de mesures contre le #Terrorisme vont bien être mises en place, voici lesquelles.

1/ Recruter des modérateurs humains

Facebook recrute 3000 modérateurs en plus (portant le total à 7000 yeux humains) et Google, sans chiffrer précisément, annonce également de son côté un recrutement similaire.

Publicité
Publicité

Le but, pour ces hommes et ces femmes, sera de visionner le plus de pages possibles et de censurer les contenus soutenant le terrorisme. Ces pages n'apparaîtront jamais ni sur Facebook ni sur Google.

2/ Utiliser l'intelligence artificielle

Nous en parlions dans notre article précédent : l'intelligence artificielle a des mauvais côtés mais son ascension est irrésistible en ce moment. Elle se montre tellement utile qu'on vient directement lui demander son aide dès qu'un problème de taille survient. Et ce problème de taille, aujourd'hui, c'est le terrorisme, principalement en Europe.

Les algorithmes de Facebook et Youtube seront donc mis à profit pour détecter en amont tout contenu faisant l'apologie de la terreur. Pour Youtube, il s'agit des vidéos. Pour Facebook, il s'agit non seulement des textes mais aussi des images.

Pour ce faire, les robots des géants d'internet apprennent à reconnaître les images ressemblant avec les précédents contenus incitateurs.

Publicité

Un algorithme "d'images ressemblantes" est conçu pour pouvoir refuser, avant qu'elle soit postée, toute image suspecte. Concrètement, ce type de contenu sera automatiquement refusé et n'apparaîtra jamais en ligne.

3/ Travailler en collaboration avec les associations anti-terroristes

C'est ce qu'annonce particulièrement Google : ce moteur de recherche s'ouvrira un peu aux associations désireuses de faire des recherches en faveur de la liberté et de la tolérance. Les ONG pourront également demander à Google d'identifier les messages à caractère haineux. Par contre, Google ne parle pas de son aide vis-à-vis des gouvernements et de la NSA : aidera ou n'aidera pas Big Brother ?

4/ Youtube met en place une éducation forcée ?

Le terme d'éducation forcée est un peu sévère mais cette plate-forme vient d'annoncer que les internautes jugés "borderline", postant des vidéos non illégales mais prônant des sujets religieux et politiques, seront obligés de visionner des vidéos anti-terroristes avant de pouvoir accéder à leurs vidéos.

Publicité

Ce contenu imposé fonctionnera un peu comme les publicités déjà mises en place. A l'issue du visionnage de ces spots, vous avez accès à votre contenu.

Les vidéos anti-terroristes dont parle Google mettront en avant les thèmes de la liberté, et mettront en garde contre les tentations du terrorisme.

Ces mesures sont bénéfiques si l'on considère qu'elles luttent contre des individus qui veulent empêcher notre liberté. Mais il ne faudrait pas qu'elles tombent entre de mauvaises mains, ou qu'elles deviennent elles-mêmes des entraves à notre liberté d'expression. La limite entre la démocratie et la dictature paraît par moments bien étroite...