Le Coronavirus fait de nombreuses victimes, en France comme dans le monde entier, la situation peine à se stabiliser, un retour à la vie d'avant ne s'effectuera pas semble-t-il, avant de nombreux mois. Si l'on ne connait pas encore avec exactitude d'où provient le virus, il serait apparu en Chine, dans la région de Wuhan. Dans les chiffres qui sont régulièrement donnés par les médias on parle du nombre de décès 184 614 (dans le monde) mais peu du nombre de cas guéris 724 281(dans le monde) ce jeudi 23 avril. À sa sortie de l'hôpital, Marc Proust a tenu à parler de ce qu'il a vécu. Le témoignage est bouleversant et alerte sur la gravité du virus, bien plus qu'une simple grippe.

Coronavirus : une ténacité qui lui sauve la vie

Marc Proust est de retour chez lui, en Vendée. Après avoir passé de nombreuses semaines à l'hôpital, été plongé dans le coma pendant une dizaine de jours, il a pu rentrer à la maison. Interrogé par les micros de BFM TV, l'homme de 68 ans est revenu sur ce qu'il a vécu : "Je reviens de l’enfer, j’ai dû faire partie des gens qui glissent, dérapent et qui au dernier moment s’accrochent". Si l'homme a réussi à vaincre le virus, son corps lui, a du mal à se remettre de ce traumatisme. Parmi les symptômes encore présents Marc a toujours le souffle court, des pertes d'équilibre ou des douleurs musculaires.

Une fois qu'il est rentré chez lui, Marc Proust a pu retrouver tout sourire sa femme, qui avait elle aussi été touchée par le Covid-19 mais dont l'état de santé n'avait pas suscité d'inquiétude particulière.

À son retour, le Vendéen a tenu à remercier et féliciter le personnel hospitalier qui s'est occupé de lui. Il faut dire que dans cette crise sanitaire, les médecins, pharmaciens, les infirmiers, les ambulanciers hommes et femmes sont les héros du pays. La situation que nous traversons est une des pires jamais vécue.

Le président de la République est fatigué par la situation, il est important de rappeler à nos lecteurs que c'est en restant chez soi que l'on sauve des vies. Le confinement est une étape essentielle pour un futur succès.

Le nombre de patients en réanimation diminue

Il se pourrait bien que le pic de la pandémie ait été atteint en France. Comme on peut le voir sur la courbe ci-dessous, les chiffres du nombre de cas positifs mais aussi du nombre de décès est en baisse.

Il est important de faire attention à ne pas considéré cette guerre sanitaire comme gagnée car une seconde vague de contamination n'est pas à exclure. Dans son point presse quotidien, Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, a confirmé que le nombre de personnes en réanimation était en baisse: "le solde est pour la première fois faiblement négatif de 82 patients. C’est donc une très légère baisse des besoins de réanimation".

Il a également donné plus de détails sur l'âge des personnes qui ont été admises en réanimation. S'il existe bien évidemment des exceptions et que la tristesse de perdre un proche n'a pas de prix, les personnes plus âgées sont bien les plus exposées au virus. Ainsi les plus de 60 ans représentent 61% des patients admis, contre 33% pour les personnes ayant moins de 60 ans.

Il n'y aurait que 105 personnes de moins de 30 ans actuellement dans un état critique. Si le ministre de l'Éducation nationale a annoncé que les écoles allaient prochainement rouvrir leurs portes, une certaine flexibilité sera laissée aux parents. Néanmoins, il semblerait que l'on parle encore au conditionnel et tout dépendra de l'évolution de la situation.

Suivez la page Covid-19
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!